Category:

aetaxman

Cook Islands MPA leader fired after supporting seabed mining freeze

first_imgLast month the Cook Islands government dismissed the director of the world’s biggest mixed-use marine protected area (MPA), which is called Marae Moana.Jacqueline Evans, a marine scientist, had played a key leadership role in the seven-year campaign to establish Marae Moana and served as its director since the MPA was enshrined into law in 2017.Her firing came after she expressed support for a 10-year moratorium on seabed mining across the Pacific Ocean. Seabed mining has been a sticking point throughout the history of Marae Moana, with some environmentalists hoping to prohibit it outright and other parties wanting to explore it as a potential source of revenue.Evans was a 2019 winner of the prestigious international Goldman Prize for grassroots environmentalists in recognition of her work to make Marae Moana a reality. This story is part of a series on Marae Moana, the massive, recently enacted multiple-use marine protected area covering the Cook Islands’ entire exclusive economic zone. Other stories in the series:Building the world’s biggest MPA: Q&A with Goldman winner Jacqueline EvansWill a massive marine protected area safeguard Cook Islands’ ocean?Paradise, polluted: Cook Islands tries to clean up its tourism sectorGive it back to the gods: Reviving Māori tradition to protect marine lifeFor somebody who’d just been fired from a prestigious government post, Jacqueline Evans sounded remarkably upbeat. “I knew it was going to come,” she laughed during a phone interview with Mongabay. “I was surprised about what I was being sacked over, though: it was essentially just giving my opinion.”On Sept. 20 Evans was dismissed from her position as director of the Cook Islands’ world-renowned Marae Moana marine protected area (MPA), a position she’d held since the MPA was enshrined into law in 2017. Evans, a marine scientist and 2019 winner of the prestigious international Goldman Prize for grassroots environmentalists, played a key leadership role in the seven-year campaign to establish Marae Moana, the biggest mixed-use MPA in the world at nearly 2 million square kilometers (772,200 square miles).Jacqueline Evans. Image courtesy of Goldman Environmental Prize.Ben Ponia, Prime Minister Henry Puna’s chief of staff, dismissed Evans. Evans said she’d seen it coming since Ponia, who had opposed Marae Moana since its inception, was appointed to the role a year ago. “I was kind of expecting it since he was appointed,” she said, “but I decided I was just going to stick it out and do as best as I could. And then the inevitable happened!”Ponia has declined to comment to the media on the matter, and did not respond directly to Mongabay’s request for comment.According to Evans, in the days prior to her firing, she advised the government via an internal email to support a 10-year moratorium on seabed mining across the entire Pacific Ocean. The Fijian prime minister, Frank Bainimarama, had called for the moratorium at the Pacific Islands Forum in Tuvalu on Aug. 13, after civil society representatives suggested it to the leaders during a dialogue. The idea was then included in a draft communiqué for an upcoming meeting of environment ministers from various Pacific island countries. That draft was circulated among Cook Islands government ministers several weeks before Evans was brought into the discussion, she said in a public statement issued on Oct. 1. The ministers expressed the view that the communiqué should omit any mention of the moratorium; Evans advised the opposite.“I was never consulted on the position that Cook Islands would take until the very last minute, and government officials were upset that my policy advice was contrary to what they had discussed amongst themselves and that it came at a late stage,” she said in the statement. “This is a strange arrangement, considering I’m meant to be the coordinator of Marae Moana and policy advisor to the Marae Moana Council. But this behavior was consistent with what had been happening over the previous 18 months or so.”Map shows the location of the Cook Islands, with the international date line running past on a ragged course through the Pacific Ocean. Image courtesy of Google Maps.Seabed mining has been a sticking point throughout the history of Marae Moana. While the legal act establishing the MPA was being created, some environmentalists hoped to take the possibility of allowing seabed mining off the table entirely on the grounds that it was difficult to marry with Marae Moana’s primary principle of protecting and conserving the ecological, biodiversity, and heritage values of the Cook Islands marine environment.But many government ministers and officials were keen to pursue mining because of the potential for lucrative economic gains. Parts of the country’s sea floor are rich in manganese nodules, and the mineral is increasingly in demand globally for batteries to power technologies such as electric cars. In the end, the act only made it into law because it allowed the possibility of mining to be explored. However, the act aimed to ensure that mining could only happen in sites where it would not unduly impact deep ocean ecosystems and biodiversity.To find out where these sites are — if indeed they exist at all — requires significant research: “10 years at least!” Evans told Mongabay. That’s why, in her view, the moratorium, “which is not a ban on exploration, but suspension of mining while data is collected by exploration and research,” would not interfere with the government’s plans.“If they are ready within 10 years, then we know that they haven’t collected adequate data,” she said, “because you just can’t get the data that’s needed in that period of time when you’re dealing with the deep ocean.”Evans said she believes there are also interpersonal reasons for her dismissal. “It was egos being bruised, because I was correcting them,” she said. “I wonder: is it because I’m a woman? They don’t like a woman to be questioning what they’re doing?”She said Ponia told her that her support for the moratorium was based on emotion rather than reason. “I asked: what was emotional about putting aside mining for adequate time to collect scientific data?” she said.Several sources also told Mongabay that Prime Minister Puna was disappointed about Evans’s receipt of the Goldman Prize in recognition of her work to make Marae Moana a reality, because he felt he deserved more credit for its creation. Despite the prestige of the $200,000 award, which is often referred to as the “Green Nobel Prize,” the Cook Islands government made no formal announcement about it at the time. Neither the prime minister’s office nor the Ministry of Foreign Affairs, which led the discussion about the Cook Islands’ position on the proposed Pacific-wide moratorium, responded to Mongabay’s requests for comment on Evans’s firing.Jacqueline Evans; Prime Minister Henry Puna; Travel Tou Ariki, president of the House of Ariki, the Cook Islands’ parliamentary body of paramount traditional chiefs; and former rugby league star Kevin Iro just after the Cook Islands government passed the Marae Moana Act establishing the country’s entire exclusive economic zone as a mixed-use marine protected area in 2017. Image courtesy of the Marae Moana Coordination Office.Maria Tuoro, who until now has been coordinating the Cook Islands component of the Ridge2Reef (R2R) program, a multi-country initiative spearheaded by the Global Environment Facility that focuses on holistic resource management and conservation, is now set to take over the Marae Moana coordination role. Tuoro’s background is in business administration.Evans, for her part, is keen to continue to hold the government to account — from the outside this time. “I think the fact that I know what’s going on on the inside is what freaks me out the most,” she said, “but that just makes me really determined.” Alongside consultancy work, she’s also hoping to spend more time on ocean education and research.Map shows the Marae Moana mixed-use marine protected area, which covers the Cook Islands entire territorial waters, an area of almost 2 million square kilometers (772,200 square miles). Within Marae Moana are more strictly protected areas around each of the 15 islands, where commercial fishing and seabed mining are prohibited. Click here to enlarge. Image courtesy of Marae Moana Coordination Office.Many locals are concerned about what Evans’s dismissal means for Marae Moana. After its marine spatial plan designating areas for particular activities is completed next year, the MPA is set to be implemented in full. “The expertise Jacqui brought to the set up of Marae Moana can not be replicated or exceeded by another,” said Teina Mackenzie, president of the local environmental NGO Te Ipukarea Society and a member of the MPA’s advisory body, the Marae Moana Council, in an email. “Her role in this initiative goes back many years, well before the Government saw merit in it and recognized it would propel the country onto the global scene.”When the MPA was created, “it seemed too good to be true,” said Mackenzie. “Many wondered, ‘will this be another paper park?’, but the Marae Moana concept was promoted widely and with what seemed to be much genuine resolve.” However, she said, as Marae Moana moved toward implementation, transparency and genuine consultation were lacking, and some of its staunchest supporters began to lose faith.“There are few of us that have seen the inside workings of the setup of Marae Moana and as time moves on, there is less and less belief that a multi-use protected area is really being created with conservation as the main pillar,” Mackenzie said.For Mackenzie, Evans’s dismissal shows clearly that these concerns are justified. “These are the parameters we have been working against for years, and now the cards have been shown and no one wins in the end,” she said.For more on the story of Marae Moana:A giant clam in Rarotonga. Image by Ron Caswell via Flickr (CC BY 2.0).Banner image: An islet off Muri Beach on Rarotonga, the largest and most populous of the Cook Islands. Image by Monica Evans for Mongabay.Monica Evans is a freelance writer based in Aotearoa New Zealand who specializes in environmental and community development issues. She has a master’s degree in development studies from Victoria University of Wellington. Find her at monicaevans.org. (She and Jacqueline Evans are not related.)FEEDBACK: Use this form to send a message to the editor of this post. If you want to post a public comment, you can do that at the bottom of the page. Article published by Rebecca Kessler Animals, Biodiversity, Conservation, Deep Sea Mining, Environment, Environmental Activism, Environmental Heroes, Fish, Fisheries, Governance, Government, Marine, Marine Animals, Marine Biodiversity, Marine Conservation, Marine Protected Areas, Oceans, Prizes, Wildlife center_img Popular in the CommunitySponsoredSponsoredOrangutan found tortured and decapitated prompts Indonesia probeEMGIES17 Jan, 2018We will never know the full extent of what this poor Orangutan went through before he died, the same must be done to this evil perpetrator(s) they don’t deserve the air that they breathe this has truly upset me and I wonder for the future for these wonderful creatures. So called ‘Mankind’ has a lot to answer for we are the only ones ruining this world I prefer animals to humans any day of the week.What makes community ecotourism succeed? In Madagascar, location, location, locationScissors1dOther countries should also learn and try to incorporateWhy you should care about the current wave of mass extinctions (commentary)Processor1 DecAfter all, there is no infinite anything in the whole galaxy!Infinite stupidity, right here on earth.The wildlife trade threatens people and animals alike (commentary)Anchor3dUnfortunately I feel The Chinese have no compassion for any living animal. They are a cruel country that as we knowneatbeverything that moves and do not humanily kill these poor animals and insects. They have no health and safety on their markets and they then contract these diseases. Maybe its karma maybe they should look at the way they live and stop using animals for all there so called remedies. DisgustingConservationists welcome China’s wildlife trade banThobolo27 JanChina has consistently been the worlds worst, “ Face of Evil “ in regards our planets flora and fauna survival. In some ways, this is nature trying to fight back. This ban is great, but the rest of the world just cannot allow it to be temporary, because history has demonstrated that once this coronavirus passes, they will in all likelihood, simply revert to been the planets worst Ecco Terrorists. Let’s simply not allow this to happen! How and why they have been able to degrade this planets iconic species, rape the planets rivers, oceans and forests, with apparent impunity, is just mind boggling! Please no more.Probing rural poachers in Africa: Why do they poach?Carrot3dOne day I feel like animals will be more scarce, and I agree with one of my friends, they said that poaching will take over the world, but I also hope notUpset about Amazon fires last year? Focus on deforestation this year (commentary)Bullhorn4dLies and more leisSponsoredSponsoredCoke is again the biggest culprit behind plastic waste in the PhilippinesGrapes7 NovOnce again the article blames companies for the actions of individuals. It is individuals that buy these products, it is individuals that dispose of them improperly. If we want to change it, we have to change, not just create bad guys to blame.Brazilian response to Bolsonaro policies and Amazon fires growsCar4 SepThank you for this excellent report. I feel overwhelmed by the ecocidal intent of the Bolsonaro government in the name of ‘developing’ their ‘God-given’ resources.U.S. allocates first of $30M in grants for forest conservation in SumatraPlanet4dcarrot hella thick ;)Melting Arctic sea ice may be altering winds, weather at equator: studyleftylarry30 JanThe Arctic sea ice seems to be recovering this winter as per the last 10-12 years, good news.Malaysia has the world’s highest deforestation rate, reveals Google forest mapBone27 Sep, 2018Who you’re trying to fool with selective data revelation?You can’t hide the truth if you show historical deforestation for all countries, especially in Europe from 1800s to this day. WorldBank has a good wholesome data on this.Mass tree planting along India’s Cauvery River has scientists worriedSurendra Nekkanti23 JanHi Mongabay. Good effort trying to be objective in this article. I would like to give a constructive feedback which could help in clearing things up.1. It is mentioned that planting trees in village common lands will have negative affects socially and ecologically. There is no need to even have to agree or disagree with it, because, you also mentioned the fact that Cauvery Calling aims to plant trees only in the private lands of the farmers. So, plantation in the common lands doesn’t come into the picture.2.I don’t see that the ecologists are totally against this project, but just they they have some concerns, mainly in terms of what species of trees will be planted. And because there was no direct communication between the ecologists and Isha Foundation, it was not possible for them to address the concerns. As you seem to have spoken with an Isha spokesperson, if you could connect the concerned parties, it would be great, because I see that the ecologists are genuinely interested in making sure things are done the right way.May we all come together and make things happen.Rare Amazon bush dogs caught on camera in BoliviaCarrot1 Feba very good iniciative to be fallowed by the ranchers all overSponsoredlast_img read more

[Insolite] Le pape a reçu l’équipe nationale de foot italienne

first_imgLes joueurs de l’équipe nationale italienne s’était rendus jeudi dans ce grand hôpital romain pour passer quelques instants avec les enfants qui y sont soignés. Le pape argentin, amateur de football, a remercié les joueurs pour cette visite faite aux enfants, évoquant la joie qui vient du jeu, d’un ballon, “car même avec un ballon en chiffons on fait des miracles”, a-t-il dit, selon la même source.AFP Le pape François a reçu dimanche matin l’équipe nationale italienne de football qui lui a remis un maillot avec son nom, Bergoglio, a annoncé le porte-parole du Vatican Matteo Bruni.Le maillot avec le numéro 10 a été signé par tous les joueurs de la sélection italienne. Le capitaine de l’équipe, Leonardo Bonucci, a en outre remis une attestation confirmant un don à l’hôpital pédiatrique Bambino Gesu (l’enfant Jésus), géré par le Vatican, d’un appareil médical.«Même avec un ballon en chiffons on fait des miracles» Partagerlast_img read more

Henri Leconte : «Les Français préfèrent rester dans leur zone de confort»

first_img Partager Le tennis français va connaître une disette de 10 ou 15 ansParmi la nouvelle génération féminine avec les Naomi Osaka, Bianca Andreescu, Ashleigh Barty… Sur qui vous parieriez ?Il y a la petite Cori Gauff qui n’est pas mal. Mais elle peut se brûler les ailes en deux minutes. Quand on voit qu’il y a huit personnes en même temps qu’elle sur le terrain quand elle s’entraîne… Elle a 15 ans mais rien ne dit qu’elle ne risque pas de faire une “Capriati” à 18 (NDLR : avant de réussir un incroyable come-back, la joueuse américaine avait arrêté le tennis à cet âge-là et avait connu des déboires avec la justice) et d’exploser en plein vol. On en a connu d’autres…Tant qu’on vous tient : et le tennis français qui semble totalement au creux de la vague ?On vit sur une génération avec de très bons joueurs mais pas des vainqueurs de majeurs. On a fait une finale avec Jo (Tsonga), des demies avec Gaël (Monfils), Richard (Gasquet) ou Lucas (Pouille). Moi, j’adorais jouer et battre les meilleurs du monde. Cela m’excitait. Pour d’autres, ce n’est pas le cas… Ils préfèrent rester dans leur zone de confort. L’effort pour aller chercher quelque chose, ils n’ont sans doute pas envie de le faire… J’ai été le seul à dire que les gars ne bossaient pas assez pour atteindre des demies ou des finales de Grand Chelem. Et je me suis fait allumer, j’en ai un peu l’habitude. Mais j’ai dit tout haut ce que tout le monde pensait tout bas. Est-ce qu’ils veulent marquer l’Histoire ? La question, c’est à eux qu’il faut la poser.Mais, si on excepte Lucas Pouille, cette génération a 30 ans. Et la suite ?Je pense qu’on va avoir une disette de 10 ou 15 ans, avec de bons joueurs mais pas du potentiel du niveau de la génération actuelle. C’est clair. Faute à la fédération qui a délaissé un peu le haut niveau. Qui n’a pas voulu voir ailleurs comment cela fonctionnait. Et aujourd’hui, on est très en retard.Entretien avec Julien Carette Retraité aux multiples activités, l’ancien champion français (56 ans) vit depuis cinq ans au Grand-Duché. Alors qu’il passe sa semaine à Kockelscheuer auprès de ses amies organisatrices du Luxembourg Open (Dan Maas, Jacqueline Olsem…), il s’est confié au Quotidien. Sans langue de bois.Comment vous êtes-vous retrouvé au Luxembourg ?Via des intermédiaires, des amis qui m’ont dit de venir ici. Puis on a monté une société. Les choses ont avancé. En même temps que des changements dans ma vie personnelle. J’ai commencé à avoir pas mal d’amis ici. Cela bouge bien. Et puis, il y a un grand avantage : au Luxembourg, vous êtes au milieu et proche de tout. Je me sens évidemment bien ici. Les Luxembourgeois me plaisent. Leur générosité, leur sincérité, leur gentillesse. Même si ce sont avant tout des businessmen (il sourit). J’aime bien votre premier ministre aussi, Xavier Bettel. On se connaît un peu. On peut le côtoyer, discuter avec lui, c’est agréable.Vous pensez quoi du circuit féminin actuel ?Pour moi, il est à deux vitesses. La WTA où l’élite est protégée, comme cela se fait aussi à l’ATP d’ailleurs. Et puis derrière, une autre vitesse où les filles font ce qu’elles peuvent pour aller au plus haut niveau mais sont limitées par une différence de classes.last_img read more

Dudelange : quand Cools et Bernier tutoyaient le gratin européen

first_imgAvant de jouer la C3 avec Dudelange, les deux jeunes joueurs belges Antoine Bernier et Kobe Cools s’étaient hissés jusqu’en demi-finale de la Youth League, la Ligue des Champions des jeunes, avec Anderlecht.Si les multiples champions de Belgique d’Anderlecht n’ont plus brillé en Ligue des Champions depuis le début des années 2000, il n’en est pas vraiment de même des jeunes de son centre de formation. Ces derniers ont une bonne réputation internationale. Normal quand on sait que les Vincent Kompany, Dries Mertens, Romelu Lukaku, Youri Tielemans, Adnan Januzaj et Dennis Praet, pour ne citer que les exemples les plus récents, sont tous passés par les installations de Neerpede.Et puis ses équipes ont tendance à réaliser de bons résultats à l’international. Que ce soit lors de grands tournois ou de la fameuse Youth League, cette Ligue des Champions pour les moins de 19 ans créée voici quelques années par l’UEFA. Deux fois dans le dernier carréPendant deux saisons d’affilée, 2014/2015 et 2015/2016, les Mauves se sont même hissés jusqu’en demi-finale de cette dernière. Avec dans l’effectif, donc, deux joueurs présents aujourd’hui dans le groupe et même ces dernières semaines dans le onze du F91 : le défenseur central Kobe Cools (22 ans) et l’ailier supersonique Antoine Bernier (22 ans).photo DR«Mon plus beau souvenir ? Notre victoire la première année 5-0 en quart de finale face à Porto. J’avais pu participer à la fête en rentrant au cours des dix dernières minutes», sourit un Cools qui a participé à ces deux campagnes puis encore à celle, moins réussie, de la saison 2016/2017. «La demi-finale que nous avions jouée juste après à Nyon (Suisse) reste aussi un grand moment, même si nous avions été battus (1-3) par les Ukrainiens de Shakhtar Donetsk. Je n’ai pas tout joué, mais j’ai parfois commencé les matches et suis souvent monté au jeu (NDLR : 9 matches en tout en Youth League).»Le but de Bernier contre BarcelonePour en arriver là en 2014/2015, les U19 anderlechtois avait notamment éliminé en huitième de finale le grand Barcelone (1-0). Avant de remettre le couvert un an plus tard (2-0), cette fois en quart de finale. «Lors du premier rendez-vous, j’avais été 19e homme et avais donc pris place dans les tribunes. C’était l’année de mon arrivée dans le club bruxellois mais j’avais forcément été déçu», raconte à son tour un Antoine Bernier qui a eu un tout autre rôle lors de la deuxième manche en 2015/2016. «Cela a un peu été “mon moment”. Tout le match a été incroyable et puis le fait que j’inscrive notre deuxième but a forcément rendu ça encore plus spécial. C’est une phase à la 88e où j’intercepte la balle avant de partir en contre en parcourant pratiquement tout le terrain pour aller battre leur gardien.»Tous ceux qui ont déjà vu cette saison la vitesse de course de ce petit format peuvent imaginer sans peine la phase de jeu… «Malheureusement, lors de la demi-finale perdue face à Chelsea (NDLR : où on retrouvait notamment le phénomène Tammy Abraham), je revenais de blessure et j’avais commencé sur le banc», raconte encore l’ailier.«Cette Youth League n’est pas comparable avec ce qu’on connaît aujourd’hui en Europa League. Là, c’était des matches entre jeunes. Aujourd’hui, ce sont des adultes. Mais quand vous avez 18 ou 19 ans, ce sont des rencontres top niveau», reprend un Cools qui parle «d’ami proche» en évoquant Bernier. Cela tombe bien, ce dernier est sur la même longueur d’onde, ajoutant «cela reste une belle expérience, une compétition fort médiatisée avec des joueurs très forts techniquement. Mais on avait prouvé qu’on n’avait rien à leur envier.»Il est vrai que l’Anderlecht de ces années-là comptait quelques grands espoirs dont certains ont déjà confirmé. À l’étranger avec Dodi Lukébakio au Hertha Berlin, Sebastiaan Bornauw à Cologne, Aaron Leya Iseka à Toulouse, Orel Mangala à Stuttgart ou Mile Svilar à Benfica. À Anderlecht même avec Alexis Saelemaekers, Albert Sambi Lokonga, Sieben Dewaele et Francis Amuzu. Ou même ailleurs en Belgique, à l’instar de l’actuel meilleur joueur du Standard, Samuel Bastien, ou du défenseur Wout Faes (Ostende).«Beaucoup de joueurs de cette équipe jouent ou peuvent évoluer au haut niveau. On sait à quel point le foot peut aller vite en fonction des choix que l’on fait…», conclut un Antoine Bernier qui espère forcément, tout comme son copain Kobe, que Dudelange pourra les aider à rebondir et à commencer la remontée vers les échelons supérieurs…Julien Carette F91 Dudelange – FC Séville, jeudi à 18h55, stade Josy-Barthel Partagerlast_img read more

[Athlé] Julien Wanders : « Gagner enfin une médaille internationale !»

first_img Partager Julien Wanders : Ça va bien, ça va bien, rien à dire, tout va pour le mieux !Peux-tu nous dire un mot sur tes Mondiaux à Doha et l’Ineos 1:59 Challenge ?Après des Mondiaux sur piste ratés – où avec le recul, je peux dire que j’étais complètement cuit, à bout mentalement de la saison alors que mon mental, c’est ce qui fait ma force –, j’ai pu tourner rapidement la page grâce à l’Ineos 1:59 Challenge, un projet collectif incroyable, où j’ai pu voir un gars (Eliud Kipchoge) courir en moins de 2 heures sur marathon, mais aussi me retrouver en me baladant à 2’50” au kil. Cette aventure sportive et humaine exceptionnelle avec un groupe exceptionnel m’a reboosté.T’es admiratif de ce que Kipchoge est capable de réaliser ?Ouais, c’est sûr, je suis admiratif de Kipchoge, c’est une grande source d’inspiration pour moi. Ce qui m’impressionne chez lui c’est sa force mentale, le focus. Je pense qu’il a tout compris. Sur marathon, c’est sa concentration qui le fait aller plus loin que les autres. Il arrive à la maintenir à un niveau super élevé durant deux heures et donc à passer au-dessus de la douleur. C’est fort.Sinon, les Nike ZoomX Vaporfly NEXT%, dont on a tellement parlé ces derniers temps, dotées d’une plaque en fibre de carbone, sont-elles si révolutionnaires que cela ?Moi, je suis le ”mood”, je porte les chaussures que Nike me donne vu qu’ils me sponsorisent. Perso, je les trouve géniales : extrêmement légères, super réactives, rien à dire. Après, j’ai toujours du mal avec les gens qui disent : ”Ouais, ils courent vite grâce aux chaussures.” Il ne faut pas oublier que Kipchoge, même avec des semelles à moitié sorties de ses chaussures pendant les deux tiers de la course, a réussi à courir en 2h04 (NDLR : au marathon de Berlin en 2015). O. K., les chaussures, peut-être que ça fait gagner 30 secondes ou 1 minute sur un marathon, ça j’en sais rien. Mais peu importe, en fait, car, selon moi, c’est un détail. Aujourd’hui, le meilleur athlète c’est Kipchoge, avec ou sans les Vaporfly. Point.Désormais, t’es en mode ”route” pour un petit moment…Ouais, c’est vrai, je suis maintenant en mode ”route” jusqu’à avril-mai. Avec mon coach, après l’Euro de cross (8 décembre, à Lisbonne, au Portugal), j’ai prévu de faire un 10 kil et deux semi, dont notamment celui des championnats du monde (à Gdynia, en Pologne, le 29 mars 2020). Avec le 5 000 m et le 10 000 m, ce sont vraiment les distances sur lesquelles je souhaite me concentrer et m’améliorer.En Suisse, la saison des courses en ville est lancée. Qu’as-tu pensé de la Corrida bulloise le 17 novembre dernier ? En tant que double tenant du titre, je présume que tu l’as regardée…Ouais, ouais, bien sûr, je l’ai regardée ! J’ai vu que Kimeli (1er) était bien à Bulle, j’étais content pour lui… Sur cette course, il y avait en outre 3 de mes sparrings, 3 coureurs de ma Team (Sylvester Kipchirchir Kiptoo, Mathew Sang et Boniface Kibiwott) qui étaient engagés. J’ai bien aimé ce qu’a réalisé Boniface car il a un peu fait ce que j’aurais fait. Il est parti devant, il a essayé de mettre le rythme et ça m’a fait plaisir pour lui (2e), car c’était sa première course en Europe.Déçu de n’avoir pas été là ?C’est sûr que, sur le coup, j’étais un peu déçu de ne pas être à Bulle, mais je ne peux pas tout faire. Je n’avais pas envie d’arrêter ma préparation au Kenya après tout juste 2 semaines d’entraînement (NDLR : il avait pris 2 semaines de coupure partielle, notamment des vacances en Espagne, après la fin de saison sur piste et l’Ineos 1:59 Challenge, à la mi-octobre).Les courses en ville, tu aimes ça ?Les corridas, c’est sûr, c’est un peu spécial. C’est les courses entre guillemets, niveau ambiance, que je préfère. Après la saison sur piste, où tout tourne globalement autour des chronos, on a généralement envie de passer à autre chose. Sur les courses en ville, on peut faire un peu le fou, un peu n’importe quoi, s’amuser et être proche du public. Après, il y a le froid, ce n’est pas ce que j’aime le plus, et il y a aussi les cloches, le vin chaud, les illuminations de Noël… C’est une grande fête populaire, on sent que c’est la corrida quoi !L’Escalade de Genève, qui a lieu ce dimanche aprem, c’est TA course ?(Il rit) Oui, Genève, c’est chez moi, c’est MA course !!! Entre nous, c’est une longue et belle histoire d’amour. C’est ce qui m’a poussé à m’inscrire au club du Stade Genève et commencer l’athlé.La première fois que tu l’as courue, t’avais quoi, 5 ans ?Exact ! Oui, au début, c’était plus quelque chose de familial. On allait tous les dimanches avec la famille sur le parcours pour s’entraîner. Chaque année, on commençait un mois avant. Le jour J, j’y allais comme ça, je ne comprenais pas trop le principe. Je pense que pour ma première dans l’épreuve, j’ai dû finir dans les 100e . Et puis, un jour, j’ai compris qu’il fallait essayer de gagner (il rigole). J’ai fini par être un peu tout le temps dans le top 10, pour la gagner pour la première fois en cadets A, vers 16-17 ans (en 2012). J’étais super fier. À l’époque, à l’école, t’imagines même pas… (il se marre) À Genève, les gens te respectent quand tu la gagnes ! C’est un peu LE défi de décembre ! Aujourd’hui, les enjeux ont changé mais je suis toujours content de revenir ici. Pour le moral, ça fait toujours du bien. Chaque année, à l’Escalade, je me dis : ”Peu importe qui l’organisateur ramène, je vais tout faire pour la gagner !”À pleine vitesse, sur l’Escalade, on t’as déjà vu parfois lever les bras, haranguer la foule…La course, je prends ça comme un jeu. Je m’amuse ! Jouer avec le public, je peux aussi me le permettre dans ces courses car j’ai peut-être un peu plus de marge. Attention, je ne voudrais pas paraître arrogant ou prétentieux ni manquer de respect à qui que ce soit en disant ça : je suis content quand il y a de la concurrence*, car ça te pousse à te surpasser, à aller plus loin. Donc voilà, que le meilleur gagne dimanche ! Mais prendre du plaisir en courant, c’est vraiment, à mes yeux, quelque chose qui est important, même quand on est à haut niveau, je pense. Et ça fait aussi plaisir aux gens. Quand ils me voient courir, ils se rendent compte que j’aime ça, et que j’aime qu’ils vibrent avec moi !Est-ce que sur la ligne de départ de cette 42e édition de la Course de l’Escalade, il n’y aura qu’un seul Wanders ?Comment ça ? (Il réfléchit puis se marre)Autrement dit, est-ce que des personnes de ta famille courront aussi l’Escalade ? Notamment ton papa, André ?Ah, O. K., O. K., O. K. !!! Je n’en ai pas discuté avec lui, je ne sais pas s’il la court cette année. En revanche, ma copine kényane Kolly sera de la partie. Elle a été au fartlek (à la jonction ”Tairi Mbili”) ce matin (20*1’/1′)… Ça commence !!! (Il éclate de rire)  Plus sérieusement, je crois qu’elle peut faire un top 10 dans sa catégorie (en loisirs). Et je pense que ma mère (Bénédicte) et l’une de mes sœurs (Aurélie) courront aussi… Donc 4 voire 5 Wanders à l’Escalade cette année, sans oublier ma Team !En course, à l’Escalade, il y a des visages, des voix que t’arrives à reconnaître ou bien t’es dans ta bulle, focus à 300 % ?Il y a des endroits où il y a tellement de monde, qu’on entend juste un brouhaha. C’est un moment où on peut se transcender, car on ne s’entend même pas courir, il y a une ambiance de feu, c’est assez incroyable ! Et puis il y a des endroits stratégiques où il y a un peu moins de monde. Mon père, par exemple, se trouve souvent près du Conservatoire, après la première montée, c’est un long plat. Sinon, dans la dernière descente du parcours, il y a aussi mon ancien coach du Stade Genève, Pierre Dällenbach, qui travaille encore avec Marco (Jäger, l’entraîneur de Julien Wanders), qui est tout le temps là.Une image sympa te revient à l’esprit de l’année dernière à l’Escalade ?Après ma victoire, avec Tade (Tadesse Abraham, l’autre Suisse, 5e), on est allé saluer ensemble, main dans la main, le public dans le parc des Bastions. C’était chouette ! Et je me souviens qu’ensuite j’ai mis 30 minutes à regagner la tente, car les gens voulaient tous prendre des photos avec moi. Ça, c’est aussi spécifique aux corridas, tout le monde peut être proche des coureurs.Dimanche se courra aussi le 10 km de Valence (Espagne), où l’Ougandais Joshua Cheptegei tentera de battre le record du monde (26’44”)…Ouais, je sais. Si c’est le matin, je pense que je vais regarder, ouais, suivre un petit peu, avant de me rendre tranquillement à la course en bus. Cheptegei, c’est un athlète très talentueux, il fait comme moi partie de la NN Running Team. Il est très bien conseillé, il a un bon coach (Addy Ruiter) et il est aussi très intelligent, il se connaît très bien. Et il a vraiment confiance en lui, c’est ça aussi son point fort. Du coup, s’il a annoncé qu’il allait essayer de battre record du monde, je pense qu’il va le faire. En tout cas, il sera proche. 2’40” au kil sur 10 bornes, c’est pas mal, mais j’estime pour ma part que c’est possible.Dans la foulée de l’Escalade, tu feras l’Euro de cross (8 décembre, à Lisbonne, au Portugal) avec la Suisse. Ça fait un bail qu’on ne t’a plus vu dans les labours…Effectivement, depuis 2016 et les championnats de France au Mans (46e), je crois. Je n’aime pas faire des saisons identiques, faire tout le temps la même chose, tomber dans une certaine routine. J’avais envie cette année de revenir sur le cross (NDLR : possédant la double nationalité suisse et française, il a été champion de France juniors de cross en 2015). Le cross, c’est la boue, l’enchaînement de montées et descentes – ça j’aime bien, ça me rappelle un peu Iten ! –, réfléchir pour adopter la bonne trajectoire, des relances aussi. Bref, essayer de décrocher ma première médaille internationale, ça m’a motivé. Il serait temps, on va dire !Quelle est ta réaction à propos des affaires de dopage (Clémence Calvin, Morhad Amdouni, Ophélie Claude-Boxberger) qui touchent actuellement de plein fouet l’athlétisme français ?Je connais un peu Clémence, un peu Amdouni, Ophélie pas trop. Mais ce sont des gens super. Quand tu leur parles et tout, ce sont des gens bien. Et ce ne sont vraiment pas des personnes que je soupçonnerais de prendre quelque chose. Donc, ça m’a vraiment… pfff… c’est étonnant ! Ce n’est pas quelque chose à quoi je m’attendais ! Donc c’est dommage, décevant s’ils se sont dopés.À ton sujet, on entend souvent certaines personnes dire que tu te planques en altitude à Iten et que de cette façon les contrôleurs ne viennent pas t’enquiquiner…(Agacé) Pfff… Les gens ont de fausses idées. C’est ce que les médias leur inculquent. Certes, il ne faut pas le nier, il y a eu beaucoup de cas (de dopage) au Kenya, donc ça n’aide pas. Le seul moyen que j’ai à ma dispo, c’est d’essayer d’être transparent dans ma préparation. Montrer tous les efforts, le travail qu’on fournit au quotidien pour en arriver là, au haut niveau. Je me fais contrôler tout au long de l’année par différentes agences (Swiss Athletics, IAAF…). Après, si ça fait plaisir à certaines personnes de continuer à mettre en doute mes performances… Comme on dit, des cons restent des cons !Pour finir, tes débuts sur marathon, Julien, c’est pour quand ? Écoute, pour l’instant, je n’ai pas de plan. Mais dès que je sentirai que ça sera le moment, que j’aurai une réserve de vitesse suffisante et que je m’estimerai musculairement assez solide pour tenir les 42 kil, je franchirai le pas. Mais à l’heure actuelle, je ne me sens pas capable de faire 2h03, 2h02, 2h01 – les temps que j’aimerais faire – donc je préfère attendre un peu avant de me lancer sur marathon.Ismaël Bouchafra-Hennequin* Le Kényan Fredrick «Freddy» Kiptoo, deux fois 2e derrière Julien Wanders sur la plus grande course de Suisse (46 602 engagés en 2019) ces deux dernières années, ne sera pas présent à la 42e édition de l’Escalade de Genève. Il est malheureusement bloqué au Kenya à cause d’un problème de visa expiré. L’Éthiopien Telahun Haile Bekele (meilleur performeur mondial 2019 sur 5 000 m) et le Français Hassan Chahdi (ancien vainqueur en cadet et junior de l’Escalade) seront en revanche bel et bien là et auront comme mission de challenger le «Kényan blanc».** À titre d’info, Julien Wanders, parrain de l’association Simba for kids, c’est, en moyenne… 180 à 190 km hebdomadaires parcourus en période hivernale, et 150 à 170 km hebdomadaires en période estivale.Livestream de l’Escalade de Genève sur ATHLE.ch ce dimanche. Départ de la course Élite hommes à 14h30 (7,323 km, 3 tours), précédée par celui de la course Élite femmes à 13h45 (7,323 km, 3 tours). Dimanche, chez lui à Genève, le coureur suisse, recordman d’Europe du 10 km (27’25”) et du semi-marathon (59’13”) visera la passe de trois après ses victoires en 2017 et 2018. Et voit déjà plus loin…15h30, un froid et brumeux jeudi d’automne. Le téléphone sonne. C’est Julien Wanders (23 ans) qui gentiment nous rappelle tout droit des hauts plateaux d’Iten, au Kenya. À sa voix calme, tranquille, posée, et ses fins de phrase souvent ponctuées d’un ricanement spontané, on en oublierait presque ce qu’il vient d’accomplir au cours de la journée : un «double run» (comprenez une séance sur piste monstrueuse à Tambach le matin + un footing de 8 km en récup l’après-midi). Avant de se faire masser énergiquement par Makanga, le «Kényan blanc» a pris le temps d’évoquer son prochain retour en Europe : avec, en toile de fond, l’Escalade de Genève (dimanche) et l’Euro de cross à Lisbonne (8 décembre)… Magnéto !Comment vas-tu ?last_img read more

[Basket] «Le problème, c’est nous !»

first_imgDans ce genre de situation, on dit souvent que les seuls leviers qu’on peut actionner, ce sont les Américains ou le coach. Quel est votre sentiment?Ce qui est sûr, c’est qu’il faut réagir maintenant.  Est-ce que ça veut dire changer un Américain? Les deux? Ou leur parler? C’est au coach de prendre sa décision. Ce qui est sûr, c’est qu’on ne peut pas changer les Luxembourgeois. Le constat, c’est qu’actuellement ça ne fonctionne pas. Les Luxembourgeois doivent, bien sûr, aussi faire des efforts, notamment en défense. Mais s’il n’y a pas d’alchimie entre les joueurs, il faut certainement changer d’Américain. En revanche, personne ne pense à changer de coach.À sa place, quelle serait votre décision?Déjà cela dépend de ce que tu peux récupérer comme joueur. Nos deux Américains actuels sont super sympas, ce n’est pas le problème. Ike n’est pas très agressif et on sait que si on traverse un trou, on peut compter sur Dwayne en attaque. On constate que ça marchait plutôt bien quand Billy a joué avec Dwayne. C’est compliqué. Un choix dur à effectuer. Changer un seul ou les deux, ce qui est sûr, c’est qu’il faut du changement! Car même si on atteint les play-offs, ça ne suffira pas pour aller chercher un titre.C’est vrai que c’est compliqué ces derniers temps?Oui. On prend une raclée à Larochette, l’Amicale nous marque presque 90 points. Il y a le match contre le Sparta qu’on gagne de justesse mais qui était plutôt positif. Et la semaine dernière, on tombe à la maison contre une équipe du Racing en pleine réussite, avec un Abdiu qui sort du banc pour nous planter panier à trois points sur panier à trois points. Et on constate aussi qu’on a beaucoup de mal à stopper les gros gabarits dans la raquette. C’est valable pour Devin White du Racing et c’était encore le cas samedi face à Garrett. À chaque fois, ces joueurs mettent des paniers trop facilement à l’intérieur. C’est là où vous vous dites qu’avec un Billy ça aurait été différent?Oui. Billy a plus de présence dans la raquette. Ça aurait certainement été autre chose avec lui…Il était d’ailleurs là samedi? On peut envisager de le revoir sous le maillot ettelbruckois cette saison encore?Il était là pour s’occuper de trucs perso. Mais il doit retourner au Canada dès ce lundi. Je pense que le club a discuté avec lui, mais avec ses études, je pense qu’on doit plutôt compter sans lui qu’avec lui. Comment expliquez-vous ce qui se passe à Etzella. Notamment à l’extérieur?Je pense que le problème, ce n’est ni le parquet de l’Arantia ni celui des Pikes. Le problème, c’est nous. On ne joue pas en équipe. Il y a un certain mal-être qui s’est installé chez nous. Il faut absolument essayer de redevenir positif et de jouer avec de la confiance. C’est au coach de nous donner la confiance. On doit arrêter les pensées négatives, même si, pour le moment, on n’a pas vu de beaux matches.Oui. On gagne (à Mondorf), mais je pense que si on avait affronté la Résidence, on aurait perdu ce match. On a eu tellement de tirs ouverts, mais comme on manque de confiance, on se pose trop de questions. Comme en Coupe, cette semaine à Mondorf?Oui. On gagne, mais je pense que si on avait affronté la Résidence, on aurait perdu ce match. On a eu tellement de tirs ouverts, mais comme on manque de confiance, on se pose trop de questions. Tu te retrouves face à une zone pendant 40 minutes et sans gnac… L’an passé, on pouvait compter sur Dominique (Benseghir) ou Gilles (Polfer) pour mettre des paniers de loin. C’était un de nos gros points forts d’alterner entre jeu intérieur et extérieur, mais cette année, de loin, on n’a rien!Est-ce que l’explication vient d’une forme de décompression après la saison extraordinaire dont vous sortiez, où vous n’aviez perdu que deux matches en tout et pour tout?Je ne dirais pas cela. Je parlerais plutôt de la motivation supplémentaire des équipes qui nous affrontent. On a pu le constater de la part du Racing, qui a exulté après nous avoir battus. Je pense que les autres équipes sont toujours plus motivées à l’idée d’affronter le champion en titre.Pensez-vous que l’équipe pourrait avoir besoin d’un préparateur mental?Je pense qu’il n’y a aucune équipe dans le championnat qui en ait un. Mais effectivement, chez nous, c’est un problème mental. On voit chez beaucoup de sportifs l’apparition de coaches mentaux, ce n’est pas pour rien. Et je me dis que dans notre situation, ça pourrait être une bonne idée.Si on perd contre le T71 et contre Contern, là on pourra parler de crise Partager Il vous reste deux matches avant la trêve. Comment voyez-vous cela?Si on perd contre le T71 et contre Contern, là on pourra parler de crise. Si on bat les deux, on ne pourra pas se reposer sur nos lauriers, mais on reprendra un peu de confiance, on sera à 8-5 avec encore un ou deux matches à gagner pour être en play-offs.Pour le moment, on ne parle ni de première ni de deuxième place alors?Non. Dans notre situation, la première chose à faire, c’est d’abord se qualifier pour les play-offs. On sait qu’en janvier on a deux matches face à Esch. Si on peut les remporter, ce serait très positif.Vous vous attendiez à vous retrouver dans cette situation?Pas vraiment. Si on regarde l’an passé, on pouvait se dire qu’on allait continuer de jouer notre jeu avec les mêmes Luxembourgeois et deux nouveaux Américains. Mais ce n’est pas du tout ce qui s’est passé. Avez-vous regretté, à un moment, de ne pas avoir raccroché à l’issue de la dernière saison?Non. Ça aurait été facile, mais je voulais montrer qu’on était capables de refaire une belle saison. J’ai prévu d’arrêter à l’issue de cette saison ou de la prochaine. Mais ce qui est sûr, c’est que je ne me vois pas dire stop sur une mauvaise saison. J’aurais un goût trop amer en bouche.Le Basket Esch est le favori du championnat?Pour l’instant, oui. Ils sont invaincus, le T71 a eu des problèmes, nous aussi. Du coup, c’est assez facile pour eux d’être le favori.La période des vœux arrive. Que peut-on vous souhaiter?Qu’on puisse retrouver notre jeu de l’an passé. Qu’on soit positifs, avec plus d’enthousiasme… et éventuellement un autre Américain.Entretien avec notre journaliste Romain Haascenter_img Etzella a subi la loi des Musel Pikes, samedi, à Stadtbredimus, Pikes. Cinquième revers de la saison pour le champion en titre et vainqueur de la Coupe. Jairo Delgado, l’un des piliers de l’équipe, tire la sonnette d’alarme.Quelle est votre analyse de la situation alors que vous affichez un bilan de 6-5 en championnat cette saison? Jairo Delgado : La situation est compliquée. On ne s’est pas encore trouvés avec les nouveaux Américains. En défense, on ne joue pas comme on devrait. Et notre attaque est à l’image de notre défense. Si quelqu’un passe son adversaire, il n’y a pas d’aide défensive. En fait, on joue à 1 contre 5 en défense et à 1 contre 5 en attaque. Je ne vois pas comment je pourrais être plus positif.Pourtant, on avait le sentiment qu’après un début difficile, ça allait quand même un peu mieux?On avait peut-être le sentiment que nous n’étions pas dans une crise comme maintenant. Billy (McNutt) a joué deux matches, ça nous a permis de prendre un peu d’air. Mais depuis, ça ne va pas. En fait, ça ne colle pas entre les deux Américains. D’un côté, on a Ike qui est un joueur d’équipe, plus défenseur qu’agressif en attaque. De l’autre, on a Dwayne qui est plus individualiste. Pour moi, il garde un peu trop la balle et ça se voit dans les statistiques. Si vous regardez les Luxembourgeois, on ne fait rien, parce qu’on n’a pas la balle. Et pour ne rien arranger, en défense, on n’y arrive pas et on se prend des matches à plus de 100 points alors que l’année dernière, on accordait à peine 70 points aux mêmes adversaires. En match, on a des problèmes de communication qui permettent à l’adversaire de marquer des points facilement sous l’anneau. C’était le cas avec Pit Elcheroth contre l’Arantia et la même chose avec Luka Buntic, samedi.Vous évoquez le terme de crise. Est-ce qu’Etzella est en crise?Pas encore, mais ça peut très vite venir. Si on perd contre le T71, on est à 6-6, avec encore huit matches à jouer. Il faut en gagner quatre pour être sûr d’être en play-offs. C’est loin d’être évident.Ce qui est sûr, c’est qu’il faut réagir maintenant.  Est-ce que ça veut dire changer un Américain? Les deux? Ou leur parler? C’est au coach de prendre sa décision.last_img read more

[Handball] Massard-Chenet : «On m’a toujours d’abord recruté pour mes qualités… défensives»

first_imgAvez-vous hésité?Pas du tout. J’en ai discuté avec ma copine et un peu ma famille. C’était l’occasion de découvrir un autre pays et, comme j’étais déçu de ce qui se faisait en France…Chaque tatouage a une signification. «One Love», c’est pour ma mèreQuelles étaient les raisons de cette déception?Sans trop entrer dans les détails, disons que la conjoncture actuelle est particulière… Les clubs cherchent des jeunes pas chers, performants et qui défendent. C’est bien beau, mais ça, ça se paie…Vous avez évolué durant plusieurs saisons en Star Ligue…Oui, quatre ans à Nîmes, mon club formateur. En juin 2014, l’aventure prend fin et donc je rejoins Cherbourg. Au début, c’était dur, car, sur une carte, c’est à l’exact opposé de Nîmes et je n’y connaissais personne. Au début, on ne me parlait que d’une seule chose : le climat. Finalement, j’étais agréablement surpris de l’ambiance, de l’engouement qu’il y avait pour ce club, car à Cherbourg, en matière de sport professionnel, il n’y a que l’équipe de hand. Toute la ville vit pour le club, on te reconnaît dans la rue et on jouait devant 1 500 spectateurs à chaque match. La salle était complète. Je m’y plaisais bien, d’ailleurs j’étais le capitaine. Après trois ans, comme j’avais besoin de me rapprocher de Nîmes, on s’est séparés d’un commun accord. Et j’ai rejoint Vernon. C’est vrai, ce n’est pas Nîmes, mais c’était déjà moins loin…Vous n’êtes resté qu’une saison à Vernon. Pourquoi?J’étais en concurrence avec un ailier droit, mais ça se passait très bien. Le fait de pouvoir défendre me permettait de jouer plus. Après, entre l’entraîneur et moi, ça ne s’est pas trop bien passé (rire). Quand j’y repense, j’en rigole, mais dès le mois de décembre, je savais que je ne resterais pas au-delà d’une saison. Non pas à cause du club ou du groupe, où il y avait une excellente ambiance, mais de l’entraîneur. Je dis ça, mais ça ne remet pas en question ses compétences : il venait de monter avec Vernon, est parvenu à maintenir l’équipe en D2 alors qu’il n’avait pas forcément le meilleur groupe, mais il avait cette faculté à nous donner la hargne, même un peu la haine sur le terrain… Au point qu’à l’issue de cette saison six ou sept joueurs sont partis…Après, vous êtes descendu en National…Billère m’a demandé de les aider à remonter en D2, que si c’était le cas, il prolongerait mon contrat. En plus, j’avais la possibilité de passer mon diplôme de préparateur physique. La saison se passe très bien, mais, malheureusement, là encore, il y a eu un… malentendu. Pourtant, j’étais bon, en attaque comme en défense, tout se passait très bien, mais voilà, la prolongation ne s’est pas faite. Après, sur l’ensemble de l’effectif qui a permis au club de remonter, deux titulaires sont restés et quatre jeunes… Les autres ont été priés de partir. Ce sont des choix que je peux comprendre, mais quand, de ton côté, tu as rempli toutes les conditions initiales prévues, c’est dur à accepter…Est-ce cette manière de faire qui vous a poussé à quitter la France?Si, en France, on m’avait proposé un projet intéressant et un salaire adéquat en fonction de ce que je pense mériter, j’y serais resté. Mais je ne suis pas venu au Luxembourg pour l’argent, je suis venu pour le projet, une nouvelle expérience et la présence de Niko qui a cru en moi. Je savais que ça allait bien se passer.Nikola Malesevic confiait vous avoir fait venir notamment pour vos qualités… défensives. En tant qu’ailier droit, est-ce vexant?À Nîmes, où j’ai été formé, si tu ne défends pas, tu ne joues pas! C’est quelque chose que j’apprécie. Mais c’est vrai que partout où je suis passé, on m’a toujours d’abord recruté pour mes qualités… défensives. Plus qu’offensives. Et, quelque part, je vois ça comme un compliment, car il n’y a pas énormément d’ailiers droits capables de défendre en 2, au poste de l’arrière droit. J’apporte donc une carte supplémentaire au coach.Quelles sont vos qualités en tant que défenseur?(Il rit) Vu mon gabarit, je ne fais pas des blocs. Mon rôle est d’agresser l’attaquant avant qu’il shoote ou qu’il ait le ballon.Quel est votre geste préféré?La roucoulette. Il y a un moment, j’en faisais beaucoup et les gardiens s’y attendaient.À qui est destiné le tatouage “One Love” que vous avez à votre bras droit?Chaque tatouage a une signification. “One Love”, c’est pour ma mère, car, pour elle et nous, ça n’a pas toujours été facile. Le tatouage maori sur le mollet, c’est pour mon père.Quelle est l’équipe qui vous a le plus impressionné?Il y en a deux : Red Boys et Esch, car ils ont l’effectif pour deux équipes. Mais ils ne sont pas imbattables. Sur un match, tout est possible.À l’aller, Dudelange était passé au travers…C’était encore différent, car on n’était pas encore en place. Ce jeudi, je ne pense pas qu’on perdra de près de dix buts (Ndlr : défaite 34-25 à l’aller). Le plus important est de gagner.Recueilli par Charles Michel Ce soir (20h), Dudelange reçoit les Red Boys en match en retard de la 8e journée d’Axa League. Entre Star Ligue, tatouages et «malentendus», Steeve Massard – Chenet évoque sa carrière qui l’a conduit cet été au HBD.En janvier dernier, vous imaginiez-vous finir cette année 2019 au Luxembourg?Steeve Massard-Chenet : Pas du tout! C’était prévu de resigner avec Billère, mais il y a eu un malentendu… Averti assez tard, il n’a pas été facile de retrouver un club, mais, au final, Nikola (Malesevic), avec qui j’ai joué à Nîmes, m’a appelé un jour pour me demander si j’étais dispo et me présenter le projet de Dudelange.Quel est, justement, ce projet qu’il vous a exposé?Que le but était de jouer les play-offs et, par la suite, de gagner le championnat. De celui-ci, je n’en connaissais rien avant de venir si ce n’est certains Français qui y évoluent et avec qui j’ai échangé avant de m’engager. Partagerlast_img read more

Dream the impossible

first_img“At that time, I didn’t really process or think about the long-term future and I think after that you start thinking how the Philippines can really go when you start creeping up the rankings; when we start qualifying for semifinals of the Suzuki Cup, then you really start thinking how far can this team really go.”The recruitment of talented players with Filipino lineage who have played in leagues overseas much like the Younghusband brothers slowly changed the fortunes of the team and in 2010, with businessman Dan Palami as manager, the Azkals finally took off.A stunning win in Vietnam triggered a wave of support back home, and also renewed interest from foreign-based Filipino players. When the Azkals qualified for the Asian Cup back in March in Manila, Palami candidly joked that the victory was worth his dwindling bank account.“Somehow, it’s a relief that  your belief of what the team can do has been rewarded with this participation [in the Asian Cup], but I think we can even do more,” said Palami. “We try to set our goals higher but at the same time we try to enjoy the moment being here in the Asian Cup right now and I think this is what the players are doing.”Tournament debutThe Azkals begin their debut campaign in the Asian Cup on Monday against South Korea, a regular Asian representative in the Fifa World Cup. The two countries have not played against each other since 1978, when the Koreans beat the Filipinos, 5-0, in an AFC Asian Cup qualifying match in Manila.The Azkals will also play China and Kyrgyzstan in the group stage and while they may be outsiders to reach the round of 16, the team has already set the benchmark for Philippine football.“Somehow you try to expect and try to hope that you make something out of this,” said Palami. “You try to surprise Korea, maybe get out of the group stages.”Swedish coach Sven-Goran Eriksson, who took England to two World Cup quarterfinals in 2002 and 2006, isn’t lacking in belief in his players.“The players are very good,” he said. “One of the problems is that the Philippines is not a great football country. Basketball is [more] popular than football, but I think this generation of players have a golden opportunity to change that.” “It’s surreal when you put everything in perspective and you start to realize what an achievement it has been over the last 14 years. But we’re excited to be here and feel the Asian Cup vibe.”“Still can’t believe we’re here,” James admitted. “It felt so recent that we qualified when we beat Tajikistan [last March] and Phil got his 50th goal. I still have emotions from that night.”The first time Phil and James suited up for the country was in the 2005 Southeast Asian Games in Bacolod City and the Philippines failed to make it to the medal round.The year before, the Philippine team that pulled off the so-called Miracle in Hanoi in the AFF Suzuki Cup was starting to take shape under coach Aris Caslib, who then had the likes of Aly Borromeo, Anton del Rosario, Chris Greatwich and Chieffy Caligdong in the AFF Championship.“When I first wore the Philippine kit, all I was thinking about was the Southeast Asian Games and the AFF Suzuki Cup because we were qualifying in 2006,” Phil said.ADVERTISEMENT Photo By Tristan Tamayo/INQUIRER.NETDUBAI—The bus that takes the Philippine team to training and to the stadium for its matches in the AFC Asian Cup here is covered with black decal with red, white and green linings depicting the logo of the continent’s biggest football tournament held for only the second time in the United Arab Emirates.On each side of the bus and on the windshield, the word “Philippines” is written. But as you look closer, the phrase printed on each side immediately strikes a chord to a team that has gone through so much just to be among the 24 nations participating in this competition.ADVERTISEMENT Ex-PBA star Adducul joins Blackwater as ‘teacher’ for Elite big men It may be a stretch for the Azkals to change the country’s sporting landscape, but they are more than happy to showcase not just the Philippines’ footballing pedigree, but their uncanny fighting spirit here.“What we’ve always done, we had the Philippine fighting spirit,” said Phil. “When it comes down to the pitch, we’re all fighting for each other, fighting for the country, that means a lot.” The phrase “To Dream The Impossible,” coined by organizers as the Azkals’ battlecry, couldn’t be more perfect as they relish their first Asian Cup experience in the Emirate.Considering that just a decade ago, they were nowhere near this competition, being here is already a milestone in itself—a fact not lost on players like Phil and James Younghusband, who have been representing the country since 2005.FEATURED STORIESSPORTSGinebra beats Meralco again to capture PBA Governors’ Cup titleSPORTSJapeth Aguilar wins 1st PBA Finals MVP award for GinebraSPORTSGolden State Warriors sign Lee to multiyear contract, bring back Chriss‘Surreal’“It’s been an incredible journey and I think reaching the Asian Cup is a great way to mark a great milestone of what we’ve really achieved,” said Phil, the country’s top international scorer with 52 goals and also holds the record for most appearances with 105. After winning title, time for LA Tenorio to give back to Batangas folk Japeth Aguilar embraces role, gets rewarded with Finals MVP plum ‘Mia’: Rom-com with a cause a career-boosting showcase for Coleen Garcia Ginebra beats Meralco again to capture PBA Governors’ Cup title MOST READ Will you be the first P16 Billion Powerball jackpot winner from the Philippines? No.13 lucky for Orlando Bloom Don’t miss out on the latest news and information. Lights inside SMX hall flicker as Duterte rants vs Ayala, Pangilinan anew Nadine Lustre’s phone stolen in Brazil LATEST STORIES Gretchen Barretto’s daughter Dominique graduates magna cum laude from California college Carpio hits red carpet treatment for China Coast Guard PLAY LIST 02:14Carpio hits red carpet treatment for China Coast Guard02:56NCRPO pledges to donate P3.5 million to victims of Taal eruption00:56Heavy rain brings some relief in Australia02:37Calm moments allow Taal folks some respite03:23Negosyo sa Tagaytay City, bagsak sa pag-aalboroto ng Bulkang Taal01:13Christian Standhardinger wins PBA Best Player award View comments Sports Related Videospowered by AdSparcRead Nextlast_img read more

5 busted with guns, ammo in Grove, EBD

first_imgPolice in A Division (Georgetown-East Bank Demerara) have arrested five ‘known characters’ after a search conducted on their vehicle unearthed two unlicensed firearms along with several suspicious items.The discovery was made around 09:30h during an intelligence-led operation commanded by a senior officer.According to reports, the ranks intercepted a white Toyota Fielder Wagon at Samatta Point, Grove, East Bank Demerara (EBD), and the five male occupants were searched.However, after nothing suspicious was found on their persons, a search was then carried out on the vehicle during which the ranks found a red and black haversack hidden under the back seat.Upon examination, an unlicensed .45 Colt Pistol with four live rounds, an unlicensed 9mm Ruger Pistol with nine live rounds, a pair of ‘paste-on’ number plates, a black jersey, a knife, a camouflage cap, a door lock and a screwdriver were found.The five suspects aged 27, 28, 29, 30 and 33 years, all residing on the East Bank of Demerara, have since been taken into custody and are being processed for court.The Police said that the men were all known characters.last_img read more

Dozens of crashes reported in storm

first_img 160Want local news?Sign up for the Localist and stay informed Something went wrong. Please try again.subscribeCongratulations! You’re all set! SANTA CLARITA — One of the strongest storms to hit Santa Clarita this year dropped a scant half-inch of rain on Friday, but left a mess on local roads. While there were no serious injuries, dozens of collisions were reported on city streets and freeways. The local office of the California Highway Patrol received 54 calls, but just a handful required law enforcement aid and none involved serious injuries, Officer Michelle Esposito said. “We were going from call to call to call,” she said. About 10:15 a.m., a car and big rig tangled on the northbound Antelope Valley Freeway near San Fernando Road, causing the truck to jacknife and the car to overturn. Less than 5 inches of rain has fallen in the region since Oct. 1, compared with an annual average of 16.4 inches. The year is expected to be the driest on record. Today will be partly cloudy with highs in the mid-60s and lows in the upper 40s, according to the National Weather Service. There’s a 40 percent chance of light rain in the afternoon, the weak tail end of Friday’s storm. Monday through Friday will be mostly clear and warmer.last_img read more