Category:

yihzolkc

SHUT DOWN: Syracuse struggles, falls to Butler in regional semifinals

first_img Comments SALT LAKE CITY — Face to face, Jim Boeheim and Rick Jackson stared at each other in a familiar portrait. One preaching, the other in disbelief.Only this wasn’t the court. And this had nothing to do with foul trouble. Nothing to do with basketball, really. Tears pouring out of his eyes, Jackson wept and wheezed inside the locker room. Boeheim consoled him. Talked to him. And the two embraced.Nobody in this room ever expected the script to take such a dark turn.‘We wanted to be that team cutting down the net,’ Jackson said. ‘Maybe in the future we can look at this as a successful season, but right now we don’t feel that way.’So Syracuse’s season ends far too soon. In one of the most bitter upsets in program history, the No. 1 seed Orange was blindsided by No. 5 Butler, 63-59, Thursday night at EnergySolutions Arena in the West Regional semifinals. A suffocating defense and late-game rally extinguished Syracuse’s season before any players expected. AdvertisementThis is placeholder text‘We were behind the whole game,’ Boeheim said. ‘We were fighting to get back to even the whole game. We never had any opportunity to blow the game open.’True, but one five-minute span may forever haunt this team as one of its biggest ‘what ifs’ ever.Another great escape seemed in order after a Kris Joseph dunk gave Syracuse a 54-50 lead with 5:23 to go. All season, Syracuse found a back door to a win. Grit and resolve always took over. On Thursday, the opponent punched back. Butler called a timeout, took a deep breath and crushed Syracuse’s dreams.In front of his own bench, Ronald Nored — an 18 percent 3-point shooter on the season — drained a 3. Syracuse missed on the ensuing possession, throwback forward Matt Howard powered in a shot to give Butler the lead and Andy Rautins turned the ball over.Then, the basketball gods stepped in. Butler guard Willie Veasley heaved a 3-pointer that pinballed high into the sky and somehow whistled through the nylon. Rautins missed a trey on the other end. And with 59 seconds to go, Veasley tipped in an offensive rebound.Tack on another free throw and cue the blank dazes. With one 11-0 run, Butler sent Syracuse home prematurely. ‘I mean, we came down and made two turnovers in a three-minute span,’ Rautins said. ‘When it came down to it, they executed.’A week ago, players pegged this a Final Four-or-bust season. March Madness was a failure, several attested, without a trip to Indianapolis. No wonder the locker room felt like a funeral.On a chair, with an ice bag on his left knee, Kris Joseph was speechless. Literally. A pack of reporters approached him and departed within seconds. To Joseph’s left was Scoop Jardine. Sitting next to his dad, Jardine was still numb. Still searching for an explanation.And sandwiched between the two was Arinze Onuaku. The 261-pound frame that nobody in the NCAA Tournament ever had to absorb was slumped inside a locker. With a towel draped down from the upper shelf — blocking his face — Onuaku wiped away tears.Of course, Onuaku’s presence could have drastically changed the outcome. Butler’s defense chopped SU’s offense to the half court. Syracuse’s guards could never turn the Sweet 16 into a fast-break derby. With disciplined, cautious ball-handlers, the Bulldogs intentionally set the game back by decades.The 25 points Syracuse scored in the first half was its lowest total of the season. Butler set a Novocain-numbing tempo from start to finish.‘They’re a team that takes their time and tries to rock you to sleep,’ Jackson said. ‘They move the ball and play great team basketball.’For the seniors, this was it. The loss carries an extra sting to Onuaku. He never had his say. Sidelined all tournament with a quad injury, Onuaku was relegated to unpaid assistant coach. Most teammates left him alone in the locker room. But at one point, Jardine sauntered over.Jardine lifted the towel up and grabbed Onuaku around the neck. There was nothing to say. Words will come later.‘Just held him,’ Jardine said. ‘There’s really nothing you can say to a guy that didn’t even get a chance in his last year. I’ll eventually talk to him later, but I just held him and cried with him because I know how much it hurts him.’Jardine and other underclassmen tried to stay optimistic, tried to uncover a silver lining. Usually without luck. At heart, they know any talk of the future is forced.For Butler, this was a program-defining win. When the horn blared, coaches bear-hugged each other and players slapped the hands of fans on their way through the tunnel. For Syracuse, this was a cruel end to a storybook season.Gripping a towel with both hands, a red-eyed Jackson continued to fight back tears.This hurts. And he’s not sure for how long.‘It might be nice for some teams to get here, and they’re happy about it,’ Jackson said, ‘but for us it’s not enough. It’s not enough.’thdunne@syr.edu Published on March 28, 2010 at 12:00 pmcenter_img Facebook Twitter Google+last_img read more

Smouha call on FIFA over Affum exit

first_imgEgyptian league minnows Smouha are set to launch a FIFA complaint against Swiss club Young Boys over the transfer of hitman Samuel Affum.Affum, Smouha’s top marksman, rescinded his contract with the Alexandria side to join Young Boys on a free transfer a few days ago.The Ghanaian cited the ‘suspension of football activity’ as an excuse behind his unilateral decision as Smouha argue that his deal expires in June 2014.“We will complain Young Boys to FIFA. Affum has no right to terminate his contract for several reasons,” Smouha vice-chairman Ismail Fayed told FilGoal.com.“First, as far as FIFA is concerned, Egyptian football is not suspended as the season should kickoff in a month.“According to FIFA rules, a player is only allowed to terminate his contract if his participation in competitive games is less than 10%, while Affum has featured in most of our games last term. “Moreover, Affum has been paid regularly until his last day with the club.”Affum, 22, has also been linked with African champions Ahli before making his sudden move to Europe.last_img read more

Former Packers DB rips team’s approach: ‘They expect Aaron Rodgers to just be magical’

first_imgRandall explained that the Packers may have wanted to go a different direction since Brian Gutekunst took over in January as the team’s new general manager. “The GM that drafted me (Ted Thompson) was no longer there,’’ said Randall. “So the guy that came in (Brian Gutekunst) felt they wanted to go a different direction. I’ve got nothing but respect for him. Just tell him thank you. I don’t know what they were doing, but it is what it is.”The Packers fired McCarthy on Sunday after the Packers fell to the Cardinals, 20-17. McCarthy went 125-77-2, won a Super Bowl and took his team to the playoffs nine times in 13 seasons at the helm. Related News Packers allow ex-coach Mike McCarthy to speak to team one last time Packers QB Aaron Rodgers addresses relationship with former coach Mike McCarthycenter_img Randall, who was traded in March to the Browns in exchange for DeShone Kizer, gave credit to McCarthy for being a “great, great coach” and indicated he doesn’t think McCarthy was the reason the team has a losing record this season. “I’ve got nothing but the utmost respect for him. I just wish him the best. I don’t know why they fired him,” Randall said. “He’s definitely a good, good guy, and he’s a great coach.’’ Former Packers defensive back Damarious Randall ripped the team’s approach and their decision to fire coach Mike McCarthy after falling to a 4-7-1 record. “They traded away all their good players and they expect Aaron Rodgers to just be magical,” Randall said Thursday, per cleveland.com. “The magic hasn’t been so magical lately. But other than that, I don’t know.’’last_img read more

LSU basketball coach Will Wade agrees to forfeit $250K in bonuses, report says

first_img Texas A&M’s Jimbo Fisher after AD’s departure: ‘I plan on being here a long time’ Wade agreed to give up the bonuses but has denied any recruiting violations and has since been reinstated to his job.However, a condition he agreed to is that LSU can fire him for cause and without penalty if he is found guilty of any recruiting violations. Related News Wade makes $2.5 million annually and has his contract built in such a way that he earns a $50,000 bonus for winning the Southeastern Conference regular season title and $100,000 each NCAA round the Tigers advance in.Since LSU won the SEC title and made it to the Round of 16, he should have earned $250,000.Wade was reinstated April 14 after a leaked wiretap caught him allegedly talking about a “strong-a— offer” he made to a recruit.Wade was discussing the situation with Christian Dawkins, who was sentenced earlier this week for his role as a “recruit runner” for an agent in the FBI’s probe of NCAA’s pay-for-play scandal.Wade seemed frustrated on the call, saying that a third party associated with the recruit had yet to accept his “offer.” Wade said he thought the commitment wasn’t coming through because the third party wasn’t getting “enough piece of the pie in the deal.” Will Wade’s suspension during LSU’s run to and through the NCAA Tournament is coming back to haunt him, financially.The Tigers coach forfeited $250,000 in bonuses as the FBI investigates whether he was involved in any wrongdoing tied to alleged pay-to-play schemes involving student-athletes to play at LSU, The Associated Press reported. Five-star 2020 prospect Johnny Juzang reclassifying to 2019 LSU reinstates head basketball coach Will Wade Originally, Wade said he was going to wait for the FBI probe to conclude before he met with LSU officials. However, the two sides met April 12, with his reinstatement coming two days later.New LSU athletic director Scott Woodward, who replaced former AD Joe Alleva last week, said Tuesday that “Coach Wade is LSU’s coach, and he will have my 100 percent support.”He had been subpoenaed to testify about the alleged widespread recruiting scandal, along with Arizona coach Sean Miller, but later Judge Edgardo Ramos ruled that neither man will have to testify.last_img read more

Chiefs vs. Bears odds, prediction, betting trends for ‘Sunday Night Football’

first_imgHere’s everything to know about betting on Bears vs. Chiefs in Week 16, including updated odds, trends and our prediction for “Sunday Night Football.”MORE: Get the latest NFL odds & betting trends at Sports InsiderChiefs vs. Bears odds for ‘Sunday Night Football’Kansas City Chiefs -6 at Chicago Bears, O/U 44.5Money has poured in on Kansas City since this line opened last Sunday evening. Kansas City was initially favored by 4.5 points on the NFL betting line, but that number has slowly climbed over the course of the week.The total opened at 45 and fell to 43.5 in the middle of the week before rising to 44.5 when it became clear that weather would not be an issue in the Windy City.Chiefs vs. Bears all-time seriesThese two teams have only met 12 times in their history, and Chicago leads the all-time series 7-5. The Bears and Chiefs have alternated wins for the last 32 years though, and that favors the Chiefs since the Bears won the last time these teams met.Three trends to know— Kansas City is the most popular pick of the week with 74 percent of bettors in this game backing the Chiefs.— The Chiefs are 20-8-1 ATS in their last 29 road games.— Chicago is 12-3-1 ATS in its last 16 games as an underdog at home.Three things to watchCan Kansas City run the ball?Chicago has the fourth-best run defense in the NFL. The Bears are conceding just 3.8 YPC, and that does not bode well for a Chiefs offense that has struggled to run the ball in 2019. LeSean McCoy has been Kansas City’s best option, averaging 4.6 YPC, but Damien Williams and Darrel Williams have struggled to move the chains. Fumbling has been a major problem too with Kansas City’s top four rushers combining to fumble the ball five times on 259 carries.Trubisky’s troublesMitch Trubisky has had an awful season. He has been very turnover prone over the last month, throwing seven interceptions over Chicago’s last five games, and his accuracy issues have led to the Bears being ranked in the bottom ten in most offensive categories. Trubisky has fared particularly poorly against teams with winning records, and he has been brutal in close games with five touchdowns and six interceptions in one-score losses in 2019.T SizzleKansas City claimed Terrell Suggs off waivers this week, and T Sizzle is expected to play immediately alongside Frank Clark. The future Hall of Famer is familiar with defensive coordinator Steve Spagnuolo’s scheme, so he will look to make an impact against the Bears. Suggs only played nine games with Arizona before being released, but he forced four fumbles and registered 5.5 sacks. The Kansas City Chiefs (10-4) have already locked up the AFC West for the fourth straight season. The Chiefs were one of the first teams to lock up a playoff spot as no other team in their division will finish with a record above .500, but these Chiefs are looking for something more. They know the value of home field advantage, and they have a chance to grab the No. 2 seed in the AFC if they finish tied with the New England Patriots.That’s why they are almost a touchdown favorite per the NFL betting odds in Soldier Field against the Chicago Bears (7-7) on “Sunday Night Football.” Chicago was eliminated from postseason contention last week with a loss to Green Bay, and the Bears have been one of the most underwhelming teams in the NFL this season. They have defeated just one team with a winning record (Minnesota), and this offense has scored more than 30 points just twice all year. Player to watchThe Chiefs have won four in a row, but Patrick Mahomes hasn’t been spectacular in those wins outside what we saw last week against Denver. Mahomes posted rather pedestrian numbers against Oakland and the Los Angeles Chargers, and he has uncharacteristically tossed three interceptions in his last four games. He threw just one pick in his first eight games, and that’s the version of Mahomes that Kansas City needs on Sunday.Chiefs vs. Bears predictionChicago is going to put up a fight in its last home game of the season. The Bears have won three straight games at home, and they will put a fright into the Chiefs before some late Mahomes magic gives Kansas City the win.Chiefs 27, Bears 23last_img read more

LVR’s Mackenzie, May top opening race on West Kootenay Cross country circuit

first_imgTwo L.V. Rogers runners — Rachel Mackenzie and Micah May — took home the top prize at the opening race of the West Kootenay High School Cross country running season Wednesday in Kaslo.Mackenzie finished the River Run course in a time of 18 minutes, 43 seconds to capture the Senior Girls race.Mackenzie edged Taylor Wilson of J.V. Humphries in Kaslo by just under a minute.Third was Hailee Gerun of LVR.Mia Ida of Trafalgar was fourth followed by Ellie Hewat of Kaslo.May, meanwhile, led a strong LVR contingent to claim the Senior Boys race in a time of 18:57.LVR boys took the top seven spots in the race.The tour shifts to Rossland Wednesday (September 26) for the second stop of the season at the Blackjack Trails.The Kootenay Kramp hosted by LVR is October 3.The West Kootenay Championships will be held at Camp Busk Trails south of Nelson October 17.The Kootenay championships follow the next week before the top runners travel to Prince George to compete in the provincials. Kaslo River Run 2012 ResultsSenior GirlsRachel Mackenzie LVR 18:43Taylor Wilson JVH 19:19Hailee Gerun LVR 21:18Mia Ida Traf 21:27Ellie Hewat JVHMaddy Murphy LVROlivia Sapriken Mt. SentCarilia Horning LVRLynnea Sharelove LVRRebecca Bracewell LVR Jade Bridger LVRChiara Chirico LVRBayley Meisner TrafJoy Motzkus LVRKano Major LVRClaire Young LVRMia Kraus LVRSenior BoysMicah May LVR 18:57Trace Cooke LVR 19:41Walker Dempster LVR 19:51Levi Smith LVR 20:27Cail Spencer LVR 20:38Owen Thurston LVR 20:48Galen Boulanger LVR 21:08Eli Bukowski JVH 21:33Klaten Jackson JVH 21:35Digby Benner LVR 21:37Finn Elliot LVR 21:42Conrad Watt JVH 21:43Levi Stubbe Mt. SentJaiden Martinson LVRRaven Truth LVRNoah Butterfield TrafKaden Foy LVRSam Kuch LVRDale Cushway LVRThiabald Engelbrecht LVRlast_img read more

Audio: Traveling the Pan Borneo Highway with Mongabay’s John Cannon

first_imgArticle published by Mike Gaworecki On today’s episode of the Mongabay Newscast, we speak with Mongabay staff writer John Cannon, who traveled the length of the Pan Borneo Highway in July and wrote a series of reports for Mongabay detailing what he discovered on the journey.The Pan Borneo Highway is expected to make commerce and travel easier in a region that is notoriously difficult to navigate, and also to encourage tourists to see the states’ cultural treasures and rich wildlife. But from the outset, scientists and conservationists have warned that the highway is likely to harm that very same wildlife by dividing populations and degrading habitat.Cannon undertook his 3-week reporting trip down the Pan Borneo Highway in an attempt to understand both the positive and negative effects the road could have on local communities, wildlife, and ecosystems, and he’s here to tell us what he found. On today’s episode of the Mongabay Newscast, we speak with our adventurous Middle East-based staff writer John Cannon, who recently traveled the length of the Pan Borneo Highway to assess the positive and negative effects the road could have on local communities, wildlife, and ecosystems.Listen here:Cannon spent three weeks traveling the proposed route of the Pan Borneo Highway which is being built to connect the Malaysian states of Sabah and Sarawak as well as the Indonesian part of the island of Borneo. The idea is to make commerce and travel easier in a region that is notoriously difficult to navigate, and also to encourage tourists to see the states’ cultural treasures and rich wildlife, from elephants to clouded leopards and crocodiles.But scientists and conservationists have warned that the highway is likely to harm that very same wildlife by dividing populations and degrading habitat.You can also read his six-part series detailing the trip and his  “5 revelations from traveling the Pan Borneo Highway.”Here’s this episode’s top news:‘Full-blown crisis’: North America has lost nearly 3 billion birds since 1970At the UN, losing the race against time to fight climate change‘The Blob’ is back: Pacific heat wave already second-largest in recent historyWould you like to hear how Mongabay grew out of its founder’s childhood adventures in rainforests and a fascination with frogs? Or how a Mongabay editor reacted to meeting one of the world’s last Bornean rhinos? We now offer Insider Content that delivers behind-the-scenes reporting and stories like these from our team. For a small monthly donation, you’ll get exclusive access and support our work in a new way. Visit mongabay.com/insider to learn more and join the growing community of Mongabay readers on the inside track.If you enjoy the Mongabay Newscast, we ask that you please consider becoming a monthly sponsor via our Patreon page, at patreon.com/mongabay. Just a dollar per month will really help us offset the production costs and hosting fees, so if you’re a fan of our audio reports from nature’s frontline, please support the Mongabay Newscast at patreon.com/mongabay.You can subscribe to the Mongabay Newscast on Android, the Google Podcasts app, Apple Podcasts, Stitcher, TuneIn, RSS, Castbox, Pocket Casts, and via Spotify or Pandora. Or listen to all our episodes via the Mongabay website here on the podcast homepage.A mother Sunda clouded leopard and her cubs on a road in Sabah, still image from video footage shot by Michael Gordon.Follow Mike Gaworecki on Twitter: @mikeg2001FEEDBACK: Use this form to send a message to the author of this post. If you want to post a public comment, you can do that at the bottom of the page. Animals, Biodiversity, Biodiversity Crisis, Borneo Orangutan, Deforestation, Elephants, Environment, forest degradation, Forests, Habitat Degradation, Infrastructure, Interviews, Mammals, Mitigation, Orangutans, Podcast, Roads, Tropical Deforestation, Tropical Forests, Wildlife, Wildlife Conservation center_img Popular in the CommunitySponsoredSponsoredOrangutan found tortured and decapitated prompts Indonesia probeEMGIES17 Jan, 2018We will never know the full extent of what this poor Orangutan went through before he died, the same must be done to this evil perpetrator(s) they don’t deserve the air that they breathe this has truly upset me and I wonder for the future for these wonderful creatures. So called ‘Mankind’ has a lot to answer for we are the only ones ruining this world I prefer animals to humans any day of the week.What makes community ecotourism succeed? In Madagascar, location, location, locationScissors1dOther countries should also learn and try to incorporateWhy you should care about the current wave of mass extinctions (commentary)Processor1 DecAfter all, there is no infinite anything in the whole galaxy!Infinite stupidity, right here on earth.The wildlife trade threatens people and animals alike (commentary)Anchor3dUnfortunately I feel The Chinese have no compassion for any living animal. They are a cruel country that as we knowneatbeverything that moves and do not humanily kill these poor animals and insects. They have no health and safety on their markets and they then contract these diseases. Maybe its karma maybe they should look at the way they live and stop using animals for all there so called remedies. DisgustingConservationists welcome China’s wildlife trade banThobolo27 JanChina has consistently been the worlds worst, “ Face of Evil “ in regards our planets flora and fauna survival. In some ways, this is nature trying to fight back. This ban is great, but the rest of the world just cannot allow it to be temporary, because history has demonstrated that once this coronavirus passes, they will in all likelihood, simply revert to been the planets worst Ecco Terrorists. Let’s simply not allow this to happen! How and why they have been able to degrade this planets iconic species, rape the planets rivers, oceans and forests, with apparent impunity, is just mind boggling! Please no more.Probing rural poachers in Africa: Why do they poach?Carrot3dOne day I feel like animals will be more scarce, and I agree with one of my friends, they said that poaching will take over the world, but I also hope notUpset about Amazon fires last year? Focus on deforestation this year (commentary)Bullhorn4dLies and more leisSponsoredSponsoredCoke is again the biggest culprit behind plastic waste in the PhilippinesGrapes7 NovOnce again the article blames companies for the actions of individuals. It is individuals that buy these products, it is individuals that dispose of them improperly. If we want to change it, we have to change, not just create bad guys to blame.Brazilian response to Bolsonaro policies and Amazon fires growsCar4 SepThank you for this excellent report. I feel overwhelmed by the ecocidal intent of the Bolsonaro government in the name of ‘developing’ their ‘God-given’ resources.U.S. allocates first of $30M in grants for forest conservation in SumatraPlanet4dcarrot hella thick ;)Melting Arctic sea ice may be altering winds, weather at equator: studyleftylarry30 JanThe Arctic sea ice seems to be recovering this winter as per the last 10-12 years, good news.Malaysia has the world’s highest deforestation rate, reveals Google forest mapBone27 Sep, 2018Who you’re trying to fool with selective data revelation?You can’t hide the truth if you show historical deforestation for all countries, especially in Europe from 1800s to this day. WorldBank has a good wholesome data on this.Mass tree planting along India’s Cauvery River has scientists worriedSurendra Nekkanti23 JanHi Mongabay. Good effort trying to be objective in this article. I would like to give a constructive feedback which could help in clearing things up.1. It is mentioned that planting trees in village common lands will have negative affects socially and ecologically. There is no need to even have to agree or disagree with it, because, you also mentioned the fact that Cauvery Calling aims to plant trees only in the private lands of the farmers. So, plantation in the common lands doesn’t come into the picture.2.I don’t see that the ecologists are totally against this project, but just they they have some concerns, mainly in terms of what species of trees will be planted. And because there was no direct communication between the ecologists and Isha Foundation, it was not possible for them to address the concerns. As you seem to have spoken with an Isha spokesperson, if you could connect the concerned parties, it would be great, because I see that the ecologists are genuinely interested in making sure things are done the right way.May we all come together and make things happen.Rare Amazon bush dogs caught on camera in BoliviaCarrot1 Feba very good iniciative to be fallowed by the ranchers all overSponsoredlast_img read more

F91 : Crasson, au moins là jusqu’à Qarabag

first_img Partager Bertrand Crasson devra patienter encore une semaine minimum pour en savoir plus sur son avenir à la tête du F91.Le coach dudelangeois, arrivé en remplacement d’Emilio Ferrera juste avant le déplacement à Nicosie dans le cadre du début de la phase de groupes de l’Europa League, attendait sans doute avec la même impatience que les médias la décision de Flavio Becca concernant le staff technique, ce dernier ayant indiqué (alors que le Belge était présent) en marge du dernier match de Virton, qu’il prendrait sa décision ce mercredi.Or, au lendemain d’une nouvelle défaite (2-0) à Pétange, en match en retard de la 2e journée… toujours rien. Jeudi, le directeur sportif du club dudelangeois, Sofiane Benzouien, a indiqué qu’une délai supplémentaire d’une semaine était nécessaire pour prendre la bonne décision : “On verra après Qarabag”, jeudi prochain. A noter que la décision ne sera pas forcément liée aux résultats, dixit Benzouien, et que Bertrand Crasson, même s’il ne poursuivait pas sa mission à la tête de l’équipe, devrait au moins rester comme adjoint.J.M.last_img read more

[Mondiaux à Doha] : «Ah bon, il fait chaud au Qatar ?»

first_imgLa question de la chaleur est omniprésente durant ces Mondiaux. Qu’en pense le marathonien que vous êtes ?Ah bon, il fait chaud au Qatar ? Plus sérieusement, je tiens déjà à le préciser d’emblée pour que les choses soient claires : ma réflexion n’a rien à voir avec la politique. Concrètement, que ces Mondiaux se déroulent à Doha, New York, Paris ou je ne sais où, elle serait la même. Ce qui m’intéresse, c’est le sport et uniquement le sport. Donc, je vais parler de sport. Mercredi, au milieu de ces images et autres vidéos où l’on voit tous ces sportifs au bord de l’évanouissement, un ami poste très intelligemment le chrono de Muktar Edris, vainqueur du 5 000 m : 12’58″85. Ce qui est plutôt rapide, non ? (NDLR : le record du monde, 12’37″35, est l’œuvre de Kenenisa Bekele en 2004). Il réalise même sa meilleure performance de la saison. Le premier Européen, le Norvégien Jakob Ingebrigtsen, a couru en 13’02″93. Alors oui, il y a cette fameuse image d’un athlète soutenant un autre par le bras pendant plus de 100 m afin de l’aider à franchir la ligne d’arrivée. Et on met ça sur le compte de la chaleur. Je veux bien, mais comment se fait-il que la victoire s’est jouée au sprint, que les trois premiers se tiennent en moins de trois secondes ?Muktar Edris, vainqueur du 5000 mètres (Photo : AFP).Et ce d’autant que ce 5 000 m se déroule sur piste, à l’intérieur du stade climatisé… D’ailleurs, ça aussi ça a fait polémique. Qu’en pensez-vous?Sur ce terrain-là, je dirais simplement qu’avant de s’indigner sur cette climatisation, il serait peut-être déjà bon de savoir ce que l’on fait, nous, pour la planète. Consommons-nous moins de plastique? Roulons-nous dans des voitures moins polluantes? Bref, cette histoire relève de l’extrasportif et, comme je le disais, je tiens à rester sur l’aspect purement sportif de ces Mondiaux.Revenons donc à cette question de la chaleur : les épreuves du 50 km marche et du marathon féminin ont été marquées par de nombreux abandons. En grande majorité liés, semble-t-il, aux conditions climatiques. Que cela vous inspire-t-il?Si vous permettez, moi aussi, j’ai une petite question : depuis quand sait-on que le Qatar accueillerait ces championnats du monde?Tu ne cours pas de la même manière un marathon à Doha qu’à BerlinDepuis le 22 novembre 2014…Très bien. Ça fait donc cinq ans. Et ce n’est qu’aujourd’hui que l’on se rend compte qu’il fait chaud à Doha? Quand j’étais athlète de haut niveau, que j’avais une échéance importante, un championnat d’Europe, un championnat du monde ou je ne sais quoi, je me préparais en conséquence. Que ce soit au niveau de l’alimentation, des spécificités du parcours mais aussi des conditions climatiques. Si je le jugeais nécessaire, je passais deux ou trois semaines en stage. Tout le monde parle de la chaleur, mais, pour moi, les véritables sujets sont la préparation et l’adaptation. Tu ne cours pas de la même manière un marathon à Doha qu’à Berlin où Bekele s’est retrouvé, dimanche, à deux secondes de la meilleure performance mondiale. Et alors qu’il l’a couru dans le vent et sous la pluie.En parlant de pluie, on souligne souvent le taux d’humidité élevé…Et alors? C’est la même chose que pour la température. Ce n’est pas un facteur nouveau mais connu.Votre discours va à l’encontre de ce que l’on peut entendre actuellement sur le sujet…J’en suis conscient. Mais cette réflexion se base sur un vécu personnel. En 2001, les Mondiaux se déroulent à Edmonton. À 900 m d’altitude. Il y faisait vraiment chaud. Le départ avait été donné, de mémoire, vers 18 h. Khalid Khannouchi, le recordman du monde de l’époque (NDLR : 2 h 05’38”), grand favori, a finalement abandonné. Pourquoi? Peut-être n’a-t-il pas pris en compte les spécificités climatiques. De mon côté, et alors qu’en avril, j’établissais mon record personnel lors du marathon de Paris en 2 h 11’06” (2001), je savais que je ne pouvais pas partir sur les mêmes bases. Sur la même allure. Plus prudent, je finis en 2 h 20’43”, à la 16e place. Pas mal, non? Et là, j’en reviens à Doha : Ruth Chepngetich s’impose en 2 h 32’43” et alors que sa meilleure performance personnelle est de 2 h 17’08”. Elle a eu l’intelligence de s’adapter. Bref, à mon sens, on ne peut pas pointer le Qatar du doigt parce qu’il y fait chaud, c’est absurde. Et puis, en 94, la Coupe du monde de football aux États-Unis s’est déroulée par 40 °C. En 2003, lors des Mondiaux de Paris, c’était la canicule. Chaque été, lors du Tour de France, les gars roulent tous les jours 200 km ou plus pour le spectacle, mais là personne ne trouve rien à redire.En 2017, vous avez pris la 20e place du Marathon des Sables…Oui et la 3e est revenue à un… Anglais. Tiens, en parlant d’Angleterre, j’ai vu des images du dernier Mondial de cyclisme dans le Yorkshire, j’avais l’impression que les gars pédalaient dans une rivière. Je n’ai entendu personne critiquer l’Angleterre pour ça (rire).Durant ces Mondiaux de Doha, un autre sujet fait polémique : le peu de spectateurs présents dans le stade. Qu’en pensez-vous?À Paris, en 2003, le stade était plein, c’était magnifique et j’ai même fait un tour de piste supplémentaire pour profiter de ce moment! Alors, se retrouver à courir dans un stade vide, pour moi, c’est inadmissible et scandaleux! Tout comme il est inadmissible, si ce que j’entends est vrai, que des athlètes soient obligés d’attendre durant des heures les navettes devant les conduire au stade ou à l’hôtel. Mais Doha, ce n’est pas Paris. Comparons ce qui peut l’être.Propos recueillis par Charles Michel «Il n’y a pas de choc thermique»Jean-Sébastien Dauch, directeur général de la FLA, se trouve à Doha. Il ne se plaint pas des conditions. Au contraire.Depuis près de dix jours, Jean-Sébastien Dauch se trouve au Qatar où il assista, notamment, en tant que directeur général, au congrès de la fédération internationale (IAAF). Alors le soleil de Doha, il connaît bien. Hier, il était en mission «repérage» afin d’optimiser les déplacements de Bob Bertemes avant son entrée en lice, aujourd’hui, lors des qualifications du concours du poids.«Là, il est 16 h 30 et il fait 38 °C.» Dans la bouche du Luxembourgeois, ceci n’est pas une plainte mais un simple constat. À proximité du Khalifa Stadium, le représentant de la FLA ne nie pas l’évidence : «Il fait très lourd et humide. Pas forcément évident à gérer pour les Européens», dit-il quelque peu amusé tout en ajoutant une précision importante : «Mais ça, on le savait avant d’arriver ici. D’ailleurs, Ben Sathre (NDLR : néo-Luxembourgeois) aurait pu disputer le marathon lors de ce Mondial, mais vu que les conditions n’étaient pas réunies pour réaliser les minima en vue des JO de Tokyo, il a décidé, avec notre accord, de ne pas y aller.»Jean-Sébastien Dauch, entre Bob Bertemes et son entraîneur. (©Jean-Sébastien Dauch)Les horaires sont respectésÀ l’en croire, Bob Bertemes s’est très bien adapté à des conditions qui, évidemment, sont plus ou moins contraignantes en fonction des disciplines pratiquées. Et ce d’autant que l’enceinte du Khalifa Stadium est climatisée. «Pour rallier la chambre d’appel à la piste, explique-t-il, les athlètes passent par un tunnel dans lequel la température diminue progressivement pour arriver à 24 °C. Il n’y a donc pas de choc thermique.» Depuis l’hôtel où il se trouve en compagnie du reste de la délégation, Jean-Sébastien Dauch est à «30 min en bus du stade». Un trajet pour lequel il n’a jamais eu à attendre des plombes l’une ou l’autre navette. «Pour l’instant, je n’ai rien à dire à ce sujet, les horaires sont respectés.» Ce qui, à l’en croire, n’est pas forcément une mince affaire au vu du trafic. «Avec le congrès, il y avait plus de 8 000 personnes concernées…»C.M. Partagercenter_img Ex-champion de France de marathon (1999), Hakim Bagy évoque la question de la chaleur qui fait tant débat aux Mondiaux de Doha. Le Longovicien balaie la polémique d’un revers de la main. Explications.Suivez-vous ces Mondiaux?Hakim Bagy : Je suis ces championnats du monde de Doha à travers les réseaux sociaux.Et quelle image en avez-vous?J’ai vu plus de gens allongés à même le sol ou assis sur des fauteuils roulants qu’autre chose. Ça m’interpelle.last_img read more

[Cyclisme] Christine Majerus : «Je me retrouve avec des extraterrestres»

first_imgLa onzième place des Mondiaux vous laisse quelle impression à présent ?Le résultat me satisfait. J’aurais bien voulu intégrer le top 10, mais pas de stress. Le circuit final me convenait bien. Avant de venir sur les lieux, je ne connaissais pas les difficultés. Quand j’ai découvert ça, mes ambitions étaient moins hautes. C’était vraiment dur. Toutes celles qui sont parties dans la deuxième plus grande difficulté sont les meilleures grimpeuses. Je ne suis pas encore à ce niveau-là. Si à ce moment-là, dans cette difficulté, on m’avait dit que j’allais finir onzième, j’aurais été satisfaite. Cela reflète ma place que j’occupe à peu près au classement UCI (NDLR : elle est neuvième mondiale). C’était une fin de saison un peu à l’arrache également. J’avais été malade avant les Mondiaux et je me trouvais légèrement en forme descendante. Du coup, j’étais quand même contente de mes championnats du monde, onzième, ce n’est pas rien.Vous allez sur vos 33 ans, on a le sentiment que vous continuez de progresser. Quelles sont les clés ?J’arrive mieux à anticiper en course et je parviens davantage à gérer les accumulations de course avec l’expérience. En début de carrière, les courses longues comme les courses par étapes ne me réussissaient pas trop. J’étais alors plus performante sur les courses d’un jour un peu moins longues. Avec les années, les courses par étapes de cinq ou six jours ne me font plus peur, au contraire. Sur les longues distances, j’ai mes limites, mais une distance de 150 kilomètres ne me fait plus peur. Lors des Mondiaux, c’est sur le dernier tour de circuit que je me sentais le moins en danger. Après, je ne sais pas si c’était psychologique car il s’agissait du dernier tour. Je pense que physiquement, j’ai pris la caisse et je sais mieux gérer mon capital énergie.J’aime aller au bout des chosesVos performances actuelles changent-elles la vision que vous avez de votre carrière ?Non, cela ne change pas grand-chose pour l’avenir, si ce n’est que je veux rester dans cette même dynamique jusqu’à la prochaine olympiade puisqu’on a l’habitude de fonctionner comme ça. Je vais aller jusque-là. Ensuite, je ne sais pas, je ne suis pas toute jeune non plus. Il faudra voir les opportunités que j’aurais à ce moment-là, les contrats que je pourrais potentiellement avoir. On sait que nos deux sponsors d’équipe (NDLR : Boels et Dolmans) vont s’arrêter après la saison 2020. Ensuite, il faudra voir. C’est une histoire qui a duré longtemps. Je suis quelqu’un de fidèle, donc, je tenais à rester jusqu’au bout, même si je savais que Boels s’arrêterait. J’aime aller au bout des choses. Il n’y avait pas de raison de changer et je tenais à montrer que j’étais contente de ce qu’ils avaient fait pour moi. Après ce chapitre, il faudra voir ce qui se présente à l’horizon. Je prendrai alors la décision de continuer ou de m’arrêter. Après, oui, ce serait dommage de m’arrêter si je suis encore compétitive. Il n’y a pas que ça qui joue, il faut aussi voir l’envie. Je verrai ça en fin de saison 2020.La structure de votre équipe peut-elle repartir ?Si ça repart, oui, je ne serais pas contre de rester encore peu. Il faudrait voir en pareil cas comment ça repart et avec qui. Il y a des choses à améliorer comme dans chaque structure. Si je vois que ça va dans le bon sens, ils seront numéro un sur ma liste. Il y aura aussi d’autres nouvelles structures, puisqu’il y a actuellement beaucoup d’équipes masculines qui sont en train de créer leur équipe dames. C’est la tendance. Mais je me sens comme un animal de compagnie avec ses habitudes. J’aime avoir mes repères. Recommencer tout un processus avec une autre équipe me ferait perdre beaucoup d’énergie. Après il faudrait voir si ça vaut le coup ou non. On n’en est pas encore là…«Je vais prendre la saison de cross à la cool», explique Christine Majerus (Photo : Julien Garroy).Je suis sur mes gardes au sujet de cette professionnalisation du cyclisme fémininCe phénomène que vous décrivez avec des nouvelles équipes souligne un boom du cyclisme féminin. C’est votre avis ?Oui, il y a de nouvelles équipes et de nouvelles courses. Il faut que les équipes suivent. On ne peut pas éternellement créer de nouvelles courses. Nous n’avons pas assez de coureurs. C’est du gâchis. Il faudrait avoir un effectif plus important, c’est ce qui est en train de se passer. Après, je suis sur mes gardes au sujet de cette professionnalisation du cyclisme féminin. Je connais les dérives du cyclisme masculin. J’ai eu peur qu’on suivre la même voie et ça me fait peur. J’espère que nos dirigeants en ont conscience.Si on devait comptabiliser le nombre de professionnelles aujourd’hui dans le cyclisme féminin ?C’est difficile à dire, entre celles qui sont employées dans les différentes armées (NDLR : comme elle-même) et celles dont les équipes payent déjà bien. Le salaire minimal sera là à compter de la saison prochaine, mais je pense que plusieurs filles gagnent plutôt bien leur vie. Il ne suffit pas qu’un quart vive bien et que les trois quarts restants vivent mal. J’espère que les sponsors joueront le jeu. Ce n’est pas le problème des dix premières équipes, mais sans doute des dix suivantes.Vous êtes donc neuvième mondiale au classement UCI. Considérez-vous que vous gagnez plutôt bien votre vie ?Oui, cela fait quelques années que je suis à l’armée et c’est surtout ça qui m’a permis d’évoluer. Vous ne m’entendrez jamais beaucoup parler d’argent car j’estime avoir bien géré personnellement et avec les quelques sponsors personnels, que j’ai notamment en hiver pour le cross, je ne me plains pas. Après, c’est vrai que les cinq premières années où j’étais en France, j’estime avoir investi. C’est le cas de beaucoup d’athlètes. Il faut faire des sacrifices au début pour espérer être payé après. C’est ce que j’ai réussi. Je ne me plains pas.Je suis plutôt du genre à culpabilisersi je ne fais pas de bonnes performancesÊtre professionnelle aujourd’hui, c’est plus facile qu’il y a dix ans ?Je pense que ça va l’être, oui. Si le salaire minimum concerne une quinzaine d’équipes et non plus sept ou moins, qui s’y sont engagées, oui. Des portes s’ouvrent. Avant, on ne gagnait rien. Aujourd’hui dans le peloton, je remarque que des filles parlent de plus en plus d’argent. Ça devient un boulot. Moi, lorsque j’ai commencé, ce n’était pas un travail, c’était ma passion. Au bout d’un moment, j’ai commencé à gagner ma vie avec, mais je n’ai pas considéré ça comme une opportunité. C’est un peu la différence que je vois entre il y a dix ans et aujourd’hui. Les motivations ont un peu changé et je ne sais pas si c’est forcément dans le bon sens. Il faut que ça reste sain, le sport doit rester une passion. Si on peut gagner sa vie, c’est une très grande chance et il faut être reconnaissante. Mais il ne faut pas que l’argent devienne la motivation première. C’est l’une des dérives possibles qui pourraient venir du cyclisme masculin.Vous concernant, la passion est restée intacte ?Elle reste intacte, mais la pression est importante. Il y en a qui arrivent à s’en moquer. Moi, non, je suis plutôt du genre à culpabiliser si je ne fais pas de bonnes performances. D’autant plus si je sais que des gens ont mis de l’argent pour moi. Cela m’embête toujours un peu si je ne réussis pas ce que j’ai voulu. Cela ne joue pas sur ma passion du vélo, mais sur la pression.Le magazine britannique Rouleur, vous a sélectionnée pour l’élection de la cycliste de l’année. Vous êtes quatre avec Marianne Vos, Annemiek Van Vleuten et Kirsten Wild. Le choix sera effectué par les internautes et le résultat sera connu à la fin du mois. Comme avez-vous réagi à cette annonce ?J’ai été très surprise. Je me retrouve avec des extraterrestres. Si je devais voter moi-même, je ne voterais pas forcément pour moi (elle rit). Ceci dit, ça fait très plaisir, mais c’est le public qui choisit. Ce même public m’a déjà sélectionnée puisque je figurais dans la dizaine de nominées par les journalistes de Rouleur. Je suis déjà contente d’avoir la faveur du public. Mais oui, je suis très étonnée. Mon niveau n’a pas changé d’un seul coup. Mon succès dans le Boels Ladies Tour a peut-être ouvert les yeux à certains, mais je remarque la différence qu’il y a entre le fait d’être dans les meilleures et être dans la lumière. Mon niveau est pourtant le même. Cela m’a fait réfléchir à la façon dont on est vu en tant que sportives. C’est bien beau cette élection, mais on est bien plus à mériter d’être dans cette sélection. Je me sens comme la représentante de celles qui ne gagnent pas autant que les trois autres filles qui sont sélectionnées. Je ne suis pas sûre de gagner, mais ça me fait plaisir. Mais franchement, je ne pense pas gagner, à moins que tout le Luxembourg ne vote pour moi. Et puis je le dis sincèrement, vu les performances, je ne mériterais pas de gagner.Je ne crois pas avoir une personnalité extravagante ou tape-à-l’œilC’est peut-être votre personnalité qui séduit…Je ne sais pas (elle rit). Je ne crois pas avoir une personnalité extravagante ou tape-à-l’œil. Je pense que pas mal de filles du peloton étaient contentes de me voir remporter cette épreuve du World Tour. Je suis une fille qui travaille tout le temps pour mes leaders, qui n’a pas souvent de victoire personnelle. Du coup, j’ai remarqué que beaucoup de filles étaient venues me féliciter. C’est peut-être ça…Évoquons la saison de cyclo-cross qui arrive…Normalement, je pars moins longtemps en vacances. J’ai fait mes comptes, ça fera 17 jours sans vélo. Je vais prendre ça à la cool. Je reprendrai la compétition hivernale à Contern le 27 octobre. Je vais tester mes nouveaux vélos. Mais je n’aurai pas d’objectifs jusqu’en janvier. Je vous raconte tous les ans la même chose, mais c’est vrai. Cette année, les règlements UCI ont un peu changé en ce qui concerne les grilles de départ en Coupe du monde. Avant c’est le classement UCI de cross qui comptait. Désormais, ils se basent sur le classement Coupe du monde actuel. Je n’ai pas fait les deux manches américaines, je ne ferai pas la manche suisse (NDLR : le dimanche 20 octobre à Berne). Je n’irai pas non plus à Tabor (le 16 novembre). C’est trop loin et j’ai accepté un contrat pour le lendemain en Suisse. Je pense que cela ne vaut pas le coup de faire autant de kilomètres. Cela fera quatre manches de Coupe du monde que je vais rater. Je débuterai à Coxyde (le 24 novembre), sur le sable, cela me semble compliqué.Je prendrai donc le cross comme préparation à la routeLe cross sera-t-il moins important à vos yeux ?Je ne vais pas mettre autant le focus du coup sur la Coupe du monde. Peut-être que ce sera bien, peut-être pas. Je ne vais pas me mettre de stress et juste croiser les doigts pour que je puisse remonter dans le classement avec les manches de Namur (22 décembre), Zolder (26 décembre), Nommay (19 janvier) et Hoogerheide (26 janvier). Après, pour les Mondiaux de Dübendorf (1er et 2 février), c’est un cross que j’ai déjà effectué il y a très longtemps alors que j’étais encore étudiante à Zurich. Cela se passe autour d’un aéroport, c’est tout plat. Il y a beaucoup de prairie. Il peut y avoir de la boue, comme de la neige. Tout dépendra des conditions météo. Cela fera beaucoup de points d’interrogation. Je prendrai donc le cross comme préparation à la route.Pour finir, que pensez-vous de la relève luxembourgeoise ?On a Chantal (Hoffmann) qui part. C’était un bon élément. Cela m’attriste. Je savais que c’était sa dernière saison, mais cela fait drôle. Elle n’était pas là pour faire de grands résultats. Mais elle se situait bien dans ce qu’elle faisait, elle était la meilleure. C’est un exemple pour tout le monde. On a aussi Claire (Faber) qui a un bon niveau et qui hésite entre la route et la piste. Ce serait mieux qu’elle se décide vite. Surtout si elle se concentre sur la piste. On n’a malheureusement pas ça dans le sang au Luxembourg. Or pour la piste, il faut l’avoir. Ici, on n’a pas de piste, on l’aura d’ici on ne sait pas combien de temps… Claire peut réussir aussi bien sur route que sur piste, mais il faut faire un choix. Avec la professionnalisation du cyclisme féminin, elle peut faire son chemin. Après, il y a Anne-Sophie Harsch qui a eu une fin de saison compliquée, elle a été malade. Il y a surtout Marie Schreiber qui peut en surprendre beaucoup. Elle est encore jeune. Laissons-lui le temps. Elle et Nina Berton sont dans le même club, s’entendent bien, elles peuvent bien faire. Mais il faut être prudent et attendre qu’elles soient espoirs. Je ne suis pas inquiète pour ces filles-là.Entretien avec Denis Bastien tweet Classée au neuvième rang mondial au terme de cette saison, Christine Majerus fait le point sur sa saison et évoque l’avenir.Christine Majerus va reprendre le chemin de l’entraînement. Et alors qu’elle est nominée par un magazine spécialisé, avec trois autres championnes, pour être élue cycliste de l’année, la Luxembourgeoise fait le point au terme de sa meilleure saison sur route.Vous avez terminé les Mondiaux avec une onzième place. Désormais avec un peu de recul, lorsque vous vous retournez sur votre saison, vous pensez à quoi ?Christine Majerus : Je pense que ma fin de saison était excellente et j’étais contente d’avoir pu terminer sur une bonne note. J’ai eu la satisfaction d’avoir pu me sortir d’un début de saison un peu chaotique et difficile. Je n’ai pas baissé les bras, j’ai pu rebondir et au final, j’ai fait la meilleure saison de ma carrière. C’était une grande satisfaction d’avoir pu rebondir.center_img Partagerlast_img read more